Mort de la petite Miliange: la mère n'avait «aucun remord», dit une voisine

Selon sa voisine immédiate, Martine Soucie n'avait pas l'air... (Courtoisie)

Agrandir

Selon sa voisine immédiate, Martine Soucie n'avait pas l'air bouleversée et ne semblait éprouver «aucun remord» à la suite du décès de sa petite Miliange.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Martine Soucie n'avait pas l'air bouleversée et ne semblait éprouver «aucun remord» à la suite du décès de sa petite Miliange, affirme sa voisine immédiate.

Krystal Lalonde demeure dans l'appartement situé juste en face de celui qu'habitait Martine Soucie avec ses trois filles. Si elle n'a pas tant connu la mère aujourd'hui accusée de l'homicide involontaire de la petite Miliange, Mme Lalonde a toutefois bien connu ses autres enfants. La plus vieille passait des journées entières chez elle pour jouer avec ses garçons.

«Martine, ça n'a jamais été une amie, c'était une connaissance, une voisine, indique-t-elle. On a eu deux ou trois conversations, mais il n'y a jamais rien qui m'a alertée, qui me disait qu'elle était une mauvaise mère. [...] Elle mérite qu'est-ce qui l'attend. La petite, elle n'a rien demandé, c'était un petit bébé naissant. [...] C'est bouleversant, tu ne t'attends pas à ce que quelque chose comme ça arrive.»

Miliange, qui aurait fêté ses six mois deux jours après son décès, a été qualifiée de «bébé difficile» par sa mère, raconte Krystal Lalonde.

«Elle avait de la misère à prendre ses boires au biberon, donc nous des fois on lui donnait des conseils, comme de faire plus chauffer son lait ou des choses comme ça, mais elle ne prenait jamais les conseils qu'on lui donnait, se souvient cette voisine. Des fois, on lui disait d'amener la petite au CHEO, que ce n'était pas normal qu'elle vomisse de même, mais elle ne faisait jamais rien.»

Martine Soucie avait toujours une attitude «neutre», affirme Mme Lalonde. «Elle n'avait aucun remord après le décès de la petite», indique-t-elle.

L'accusée, qui était bénéficiaire de l'aide sociale, n'habitait plus dans son logement du chemin Eardley, dans le secteur Aylmer, au cours des derniers mois, mais y revenait de temps en temps et semblait y faire «le party», a raconté sa voisine, puisque de la musique y jouait à plein régime.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer