L'identité de l'ado qui manque à l'appel dévoilée

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Les plongeurs de la Sûreté du Québec (SQ) n'ont pas pu trouver, mardi, le corps d'un adolescent de 14 ans, Shawn Lalonde Laframboise, disparu la veille dans la rivière des Outaouais.

Les recherches nautiques ont repris peu avant 14h, derrière l'usine de papier Résolu de Gatineau. Elles ont été suspendues vers 16h.

Les premières recherches, lundi soir, ont mobilisé les pompiers et policiers de Gatineau et d'Ottawa.

Vers 22h30 lundi, un adolescent de 16 ans et son ami de 14 ans, Shawn Laframboise Lalonde, se sont aventurés sur la berge de la rivière, partiellement recouverte de glace amincie par le redoux printanier.

Il semble que la fine couche de glace a cédé sous leur poids. Le plus vieux des deux amis a pu s'accrocher à une petite banquise, alors que l'adolescent de 14 ans semble avoir eu moins de chance.

Le survivant a été pris en charge par les paramédics. La victime aurait souffert d'une légère hypothermie.

Peu avant 16h mardi, la mère du jeune disparu s'est rendue aux abords de la rivière, où les recherches avaient lieu. Elle a préféré ne pas s'attarder devant les médias, mais a laissé tomber, au passage, qu'il fallait prier pour retrouver son enfant.

Maxime, un jeune résident des environs, dit avoir vu le jeune de 16 ans être secouru, lundi soir. «J'ai vu les lumières (gyrophares) au loin et je suis allé observer. Des secouristes ont sorti le jeune de l'eau, et lui ont mis une couverte sur les épaules.»

Tout comme Maxime, Marc, un autre résident, explique que l'accès à la berge de la rivière est facile pour quiconque veut s'y rendre. En empruntant la piste cyclable et les quelques sentiers qui se sont formés au fil du temps dans le boisé bordant la rivière, il est très simple d'accéder au cours d'eau, sans même passer par des terrains privés.

Marc mentionne que les terrains publics dans les environs sont fréquentés par plusieurs personnes. «Ce n'est pas rare, explique-t-il, que les gens viennent pour boire ou faire un feu.  Il y a des terrains comme ceux-ci qui sont très facile d'accès».

Le terrain, dont le résident parle, est situé un peu plus à l'ouest du lieu de l'incident, non loin du parc Sanscartier. Le courant de la rivière y est puissant à ce temps-ci de l'année.

«Cet hiver, la glace était plus épaisse que par les années passées. Des gens ont traversé (sur l'île Kettle). Mais d'habitude, il n'y a pas assez de glace.» Depuis quelques jours, le courant fort et les températures plus chaudes ont brisé la couche de glace.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer