Drame diplomatique à Miami

Les frères Jean et Marc Wabafiyebazu, originaires d'Ottawa,... (Associated Press)

Agrandir

Les frères Jean et Marc Wabafiyebazu, originaires d'Ottawa, ont été impliqués dans une fusillade à Miami, lundi après-midi. Jean a été abattu.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un adolescent de 17 ans originaire d'Ottawa, fils de diplomate, a été tué dans une fusillade à Miami, où une enquête pour meurtre implique aussi son frère de 15 ans.

La consule générale du Canada à Miami, Roxanne Dubé, est en deuil de son fils Jean Wabafiyebazu, 17 ans. En même temps, elle doit aujourd'hui soutenir son fils cadet Marc, 15 ans, qui se retrouve derrière les barreaux et qui risque d'être accusé de meurtre.

Les deux frères, qui étaient armés, ont été impliqués dans une fusillade à Miami, lundi après-midi. Il s'agirait d'une affaire de drogue qui a mal tourné.

Nés à Ottawa, les deux jeunes Wabafiyebazu étaient étudiants au Lycée Claudel l'an dernier. La direction de l'école privée de la capitale n'a pas répondu à nos appels hier.

Lundi après-midi, les deux frères ont emprunté la voiture de fonction de leur mère, une BMW noire, prétextant vouloir faire une balade. C'est avec cette même voiture portant une plaque d'immatriculation diplomatique qu'ils se sont en fait rendus chez un présumé trafiquant.

La situation a rapidement dégénéré et des coups de feu ont retenti dans un appartement du district Coral Way, où se trouvait le présumé trafiquant.

Jean Wabafiyebazu et Joshua White, lui aussi âgé de 17 ans, ont été tués dans la fusillade. Il semble que le frère de Jean, Marc, ait entendu un coup de feu alors qu'il l'attendait dans la voiture diplomatique. Il se serait rendu dans l'appartement, où d'autres coups de feu ont retenti.

Les frères voulaient, semble-t-il, acheter de la marijuana. Des sources policières interrogées par les médias locaux, dont le Miami Herald, ont toutefois avancé la thèse d'une tentative de vol de drogue.

Délicate enquête

Le jeune prévenu pourrait ne pas bénéficier de l'immunité diplomatique s'il est formellement accusé au criminel.

Le corps de son frère aîné doit être rapatrié sous peu.

Selon leur père Germano Wabafiyebazu, qui est séparé de la consule du Canada, mais demeure en contact étroit avec ses fils, Marc Wabafiyebazu n'aurait tiré sur personne. « Marc était dans l'auto. Il a couru là-bas et trouvé son frère mort et il a tiré en l'air », a assuré le père lorsque joint au téléphone à Ottawa par La Presse.

« La vérité va triompher, je suis optimiste. Ce n'est pas seulement l'affaire d'un citoyen, c'est un problème presque national », dit-il.

L'implication des fils d'une diplomate rend effectivement l'enquête délicate. Le réseau CBS, citant des sources confidentielles, affirme que les enquêteurs sont soumis à une énorme pression en raison de l'attention internationale portée à leur travail.

Procédure inhabituelle, le service de police de Miami a cessé de répondre aux questions des médias, hier, et référé tous les appels au Département d'État, l'équivalent américain du ministère des Affaires étrangères.

La Presse a pu rencontrer brièvement la consule générale Roxanne Dubé à sa résidence hier. En chemise de nuit, les yeux rougis de larmes, elle a tenté de commenter l'état de son fils cadet, mais elle en a été incapable, trop accablée par le chagrin. Elle a finalement refermé la porte en faisant au revoir doucement de la main.

Avec La Presse

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer