La Fromagerie St-Albert intente une poursuite de 40 M$

Un violent incendie a complètement ravagé la fromagerie... (Photo courtoisie Danika Desnoyers)

Agrandir

Un violent incendie a complètement ravagé la fromagerie St-Albert, dans l'Est ontarien, en février 2013. Depuis, elle a été reconstruite à neuf et ses opérations ont repris il y a peu de temps.

Photo courtoisie Danika Desnoyers

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Fromagerie St-Albert intente une poursuite de 40 millions $ contre des compagnies privées et des organismes parapublics spécialisés en électricité, qu'elle accuse d'être responsables de l'incendie qui a détruit ses installations, il y a deux ans.

La coopérative reconnue pour son fromage en grains a été rasée par les flammes, le 3 février 2013. Un problème électrique est à l'origine du sinistre.

La Fromagerie coopérative St-Albert inc. a déposé sa requête en Cour supérieure de l'Ontario le 2 mars dernier.

La demanderesse accuse Electrical Safety Authority de ne pas avoir mené d'inspection en bonne et due forme du bâtiment, allègue que l'entreprise Eaton a fabriqué du matériel défectueux, et que ces équipements ont été certifiés par Underwriters Laboratories of Canada, une société indépendante spécialisée dans la science de la sécurité aussi pointée du doigt.

Cette requête découle d'un avis d'action déposé en février dernier. Deux autres défendeurs sont cités, soit Quench Electric et Sacour Electronic.

Selon la Fromagerie, l'équipement électrique s'est endommagé « en cascade » pour prendre une ampleur ayant mené au sinistre du 3 février 2013.

« L'incendie a été provoqué par une conception, une manufacture, une installation, une certification et une inspection dangereuses et inappropriées de l'équipement dans la chambre électrique, qui a mené à un dysfonctionnement et à un surchauffage de certaines composantes qui ont pris feu », lit-on dans le document de la cour rédigé en anglais.

Des disjoncteurs trop résistants n'auraient pas fonctionné correctement, ce qui aurait laissé passer le courant sans limiter les dommages.

Dans les débuts de l'incendie, le courant passait toujours dans les installations de la Fromagerie. L'électricité n'a été coupée que grâce à l'intervention d'Hydro One, quelques heures plus tard, allègue le poursuivant.

Quench Electric a été contractant de l'entreprise entre 1995 et 2011. Sacour Electric a ensuite pris la relève.

La Fromagerie motive sa poursuite de 40 millions par les coûts reliés à l'intervention d'urgence, la cueillette des débris, la réparation, le remplacement et le rachat des inventaires, les frais de nettoyages et de décontamination, les frais d'experts et de consultants, les pertes de contrats et de revenus, les dépenses imprévues liées aux ressources humaines, les frais judiciaires, « et autres dommages ou dépenses à venir ».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer