Saga des Olympiques au Boston Pizza

Transcription de la bande audio des dépositions

Sur un enregistrement audio d'une dizaine de minutes,... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Sur un enregistrement audio d'une dizaine de minutes, on y entend les intervenants commenter, en direct, ce qu'ils voient sur les bandes vidéo lors des événements survenus le 20 février dernier au restaurant Boston Pizza du secteur Hull.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Sur l'enregistrement audio, on entend les intervenants commenter, en direct, ce qu'ils voient sur les bandes vidéo lors des événements survenus le 20 février dernier au restaurant Boston Pizza du secteur Hull. Le voici donc dans son intégralité.

> Pour écouter la bande audio sur un appareil mobile, cliquez ici.

- T'as été témoin, toi?

- Y a été témoin direct.

- On va commencer par regarder le vidéo, on va savoir de quoi qu'on parle

- Est-ce que vous voulez venir ici?

- Non, chu correcte.

- Euh, la fille là-dedans, elle s'es-tu manifesté d'une manière?

- Non, non.

- Pas encore.

- Lui, il a eu la brillante idée de prendre son nom, mais c'est tout ce qu'on a.

- OK, good. OK, y a pas de trouble.

(Inaudible.)

- As-tu touché à ça tantôt?

- Non.

- On est supposé voir tout.

(Inaudible.)

- C'est arrivé vers quelle heure hier?

- C'est arrivé entre 11 heures et demie et minuit.

- Ah, OK. Assez tard.

- Ouais, pis eux autres y ont un couvre-feu à minuit, ils sont supposés être chez eux à cette heure-là.

- Ouin.

- Elle est partie plus tard que minuit, par exemple.

- Elle est partie y était peut-être minuit et demi, une heure.

- Ouais, ben, c'est ça. Eux autres, sont tous partis vers minuit et quart, minuit et demi, à peu près.

- OK, good.

- C'est ça parce que moi, comme, moi, j'ai appelé le président des Olympiques de Hull...

- Ouais.

- Pour lui shooter un petit peu de marde.

- Pis, qu'est-ce qui vous a répondu?

- Ben, y m'a pas répondu nécessairement. Y m'a juste dit: «OK. Et pis, la fille es-tu correcte dans tout ça?» J'ai dit: «Écoutez Monsieur, je sais pas. Je sais qu'elle était intoxiquée, c'est tout ce que je peux dire, parce que moi avant de partir d'ici, moi, je l'ai vue. Elle est arrivée un peu avant que je parte, pis elle riait toute seule, elle parlait toute seule, là, comme, tu voyais qu'elle était un peu pas là.»

- Elle était un petit peu pompette peut-être...?

- Ben, je pense plus qu'elle avait pris quelque chose.

- Ah, ah. Ouais, OK.

- Ouais, elle avait l'air plus d'avoir pris je sais pas, de l'esctasy ou quelque chose, parce qu'elle arrêtait pas de se toucher, pis elle avait l'air d'être - je m'excuse du terme, mais - en chaleur hier.

- OK.

- Pis elle était après tout le monde dans le bar, tous les gars qu'il y avait dans le bar, elle était après. Faque là, c'est ça. Moi, j'ai parlé au président, Faque là, il m'a dit: «Ben là, elle étais-tu consentante ou pas?» J'ai dit: «Regardez Monsieur, consentante ou pas, là, t'es une équipe de hockey qui est connue au Québec. Là, je veux dire, c'est à eux autres à dire non.»

- Exactement.

(Pause.)

- C'est en haut que ça se passe?

- Oui.

- Ben, c'est en haut que tu peux voir toute le monde rentrer, pis c'est la chambre de bain. Elle est comme là, là.

- OK.

- On a pas de caméra dans les chambres de bain.

- Non, non, non, évidemment, mais c'est ça juste pour me situer. Ça, c'est la salle de bain faque le monde monte pis ils vont voir, là.

- Maintenant, là, nous on est juste au bout du (inaudible).

- OK, OK, pas de trouble.

- Ça, c'est du staff qui part, là.

- Hmm hmm, ouais. Le restaurant était toujours ouvert?

- Oui.

- Nous autres, on ferme à deux heures du matin.

- Ah, OK.

- Ça, c'est le premier qui monte.

Faque là, lui, il vient voir si y a du monde en haut.

- Non, lui vient juste faire un check-up. Là, elle a va monter là avec un autre joueur.

- OK.

- Là, elle monte là. Pis là, le premier qui est monté il s'en va dire aux autres sur la passerelle en bas de monter en haut.

- Quand on va vous le montrer d'en bas après, tu vas voir les boys. Ils vont tous revirer la tête, pis y en a une couple qui monte.

- OK.

- Tu vois, regarde, ça monte en courant.

- Ça commence là.

- Sont rendus trois, là?

- Ouais.

- J'pense qui sont six en tout qui vont monter. Là, tu vois la fille, là. Elle essaye d'ouvrir la porte, là.

- Ça, c'est des employés?

- Ouais.

- OK.

- Pis la porte est comme jammée.

- Parce que y en a un qui guette la porte dans le fond pour pas que personne rentre.

Faque... OK.

- Tu vois, ça, c'est un de mes employés. Il voulait aller aux toilettes; en fin de compte, il est venu icitte.

- OK.

- Quand qui veulent juste aller pisser...

Faque trois icitte probablement.

- Y en a d'autres en courant.

- Là, y en a d'autres qui s'en viennent.

- Un autre, lui y rentre pas. Je pense qui fait juste comme guetter.

- OK.

- Y sont tous en train de se pogner, là. Y ont tous hâte.

- Y aura plus de place dans salle de bain.

- Y ont tous hâte d'y aller, sont tous en train de se pogner là, c'est dégueulasse.

- Ouin...

- Même été dans ... rouvert la chambre de bain des filles.

- Pis c'est là que Jérémie y monte en haut.

- Tu vois, on dirait qui se dézippent pis toute là. C'est mongol, c'est dégueulasse.

- Tu vois, ça, c'est Jérémie.

- OK.

- Lui, il arrive y dit...

- À la taille que t'as, t'as pas eu de misère à ouvrir la porte.

- Ouais, c'est ça là. Youp, youp. Ça part là... Regardez ben les prochains, là.

- Là, les autres sont tous en train de remonter leurs culottes.

- Ah ta...

- Y se font toute un p'tit issshhh.

Faque là, lui, y est resté avec la fille pour savoir un petit peu ce qui se passe.

- Lui là, y finit son cours de police, là.

- OK.

- Faque y sait très bien à qui il a affaire, là, c'est ça.

- C'est ça, c'est correct ça. C'est parfait.

- Lui, y est en train, d'après ce qui nous a dit, y est en train de lui dire: «Tu vas payer ton bill, tu vas t'en aller en taxi.»

- OK.

- Mais elle voulait pas descendre.

- Elle voulait pas descendre parce qu'elle était gênée ou quelque chose?

- Elle voulait pas descendre parce qu'elle voulait pas partir... Quand j'y ai dit: «On va t'appeler un taxi, va payer ton bill.» Ouais, elle voulait pas partir.

- OK.

Faque là, en haut, tout est fait.

- Ouais.

- OK.

- On va changer de caméra.

(Pause.)

- Là, sont tous dans le coin, là, en haut, là.

- Sont toute imite là. Elle, elle se promène. Elle, c'est sûr que c'est pas une fleur, là.

- Là, elle, on voit par contre qu'elle tripotait les gars, elle se montrait les seins, elle se frottait les fesses.

- Elle en voulait, ça c'est sûr.

- Elle a entamé le tout. Je dis pas que c'est entièrement de sa faute, mais si elle a rappellerait pis elle dirait «je me suis fait violer», je m'excuse, mais c'est comme un peu...

- Ce serait pas un (inaudible) pas mal.

- OK.

- Parce que là, juste peut-être un peu avant là, on pourrait peut-être voir là, mais à moment donné, elle embrasse un gars assis au bar. Elle courrait après tous les gars là qu'y avait dans le bar

- Les joueurs des Olympiques, c'est... Y en a que je vois assis à gauche?

- Sont tous icitte, c'est tous eux autres.

- Deux tables de six.

- C'est juste qu'on voit pas trop.

- Faque, elle courait après d'autres gars qui étaient pas juste les Olympiques?

- Ouais, ouais, ouais.

- C'est juste avant qu'eux autres y arrivent. Elle courait après d'autres gars. Quand les Olympiques sont arrivés, là, elle a sauté sur eux autres.

- OK, OK.

- Mais eux autres, y étaient à peu près 15. Entre 12 pis 15. Parce que c'est pas la première fois qu'ils viennent ici. C'est pas la première fois, pis y s'assoient toujours à la même place. Y sont toujours là.

- OK.

- Moi, je les ai pas vus, mais souvent, c'est les mêmes qui reviennent tout le temps.

- Ouais, c'est ça. Ben de toutes façons, avec les copies vidéo, au poste, on est capable d'éclaircir.

- Pis c'est pas juste ça que je peux aussi vous dire que Camille, qui est en bas, s'occupe d'eux autres, du marketing. Elle, elle s'occupe du marketing des Olympiques de Hull, elle les connaît tous au travail

- Elle sait exactement qui est monté pis qui est pas monté.

- Elle travaille avec eux autres, elle les connaît tous par coeur, pis elle est au courant de ce qui s'est passé. Faque elle pourrait peut-être vous dire exactement, elle sait très bien qui qui a monté en haut.

- OK.

- Là, en ce moment, il est assis au bar là.

- Tu vois là, elle y donne un bec, elle est quand même, elle est dans le tort pareil elle itou.

- Ben, c'est sûr que niveau agression sexuelle, c'est...

- Ça devrait pas passer...

- C'est difficile, mais côté action indécente, nous, le seul plaignant qu'on a de besoin, ce serait toi, par exemple, qui a été témoin de quelque chose dans les toilettes.

- Ouais...

- À partir de ce moment-là, on est correct pour ça.

- Parce que y a aussi Samuel, y a entendu des choses des joueurs aussi, là.

- Ouais, ben, quand ils sont descendus, y en a qui...

- Qui se van...

- Ouais, c'est ça. T'était où à ce moment-là?

- Moi, j'étais juste là. Je suis au bar.

- T'étais au bar.

- Ouais, j'étais juste à côté de la...

- À côté des marches.

- Faque tu l'as vu?

- Ouais, ouais, ouais. C'est ça, j'ai comme...

- OK.

- Faque c'est pour ça. J'ai dit comme voyons donc. Je suis là, tsé. Je suis pas en train de travailler, mais quand j'ai vu ça, j'ai dit ben là.

- Non, c'est ça, OK.

- Pis, comme lui l'a entendu, y en a qui descendaient et y s'en vantaient, là.

- Ouin, tsé, comme: «Hey gros, elle m'a sucé, gna gna gna.» Je suis comme: «OK.»

- OK.

- C'est pour ça, justement, genre que...

- Hmm hmm.

(Pause.)

- Je vais pas trop vite là? Parce que.... Ça peut aller crissement vite là.

- C'est plus, euh, je dirais l'angle de vue à l'étage qui m'intéresse, parce que c'est là que ça s'est passé.

- C'est vraiment là que tu vois vraiment.

- C'est ça, là. C'est important quand même là, on voit...

- Ben moi, c'est plus pour voir quand que y en a un ou deux qui sont partis. Pis, après ça, les autres, tu les vois tous se revirer là, tu vois qu'il les a callés là.

- C'est ça.

- Mais ça, c'est à partir de 11 heures. Euh, 11h40-42, là.

- Mais, comme juste ça, au moins, comme si elle décide de revenir, elle, on va pouvoir dire que: «Non, regarde là t'as couru après...» Pas «t'as couru après», mais tu sais: «Je peux dire, t'as essayé d'allumer les gars, là.» Comme, tsé, à un moment donné elle les touche, elle en touche deux en même temps, elle se touchait, elle se frottait devant eux autres, je veux dire...

- Mais une personne intoxiquée comme ça, généralement, est-ce que, est-ce que le consentement est... Comment ça se passe?

- Ben, c'est sûr, c'est difficile. C'est en cour, ça, c'est vraiment difficile. Tu sais, comme là, on voit qu'elle est quand même capable de marcher, elle se déplace vers les personnes.

- Hmm hmm.

- C'est pas quelqu'un qui est couché dans un lit, pis que...

- Ben moi, je l'ai vu trébucher.

- Ouais non, c'est ça, non. Je peux comprendre qu'elle soit assez intoxiquée, là.

- Là, tu peux voir, là, ça va être le temps qui va caller les boys en arrière, là.

- OK.

- Tu vas voir, les têtes vont toutes se revirer en même temps. Regarde. Voup, voup! Là, lui, il commence à se placer pour s'en aller.

- On sait pas aussi exactement ce qu'elle a pris, si c'est de la boisson.

- ... Elle a juste pris deux drinks ici, là.

- Oui, c'est ça, tsé. Il peut y avoir du GHB, peut y avoir, euh, méthamphétamine.

- Quand elle est arrivée, elle était déjà de même, elle était déjà assez, déjà assez pour perdre...

- Oui, oui. Moi, je me souviens quand elle est arrivée. Elle était assise toute seule ici.

- OK.

- Pis moi, j'étais ici.... Elle était assise là, pis elle parlait toute seule, pis elle riait toute seule, là. Comme, elle avait même pas bu encore, faque je voyais qu'elle...

- Ça, c'est la Camille, là, qui travaille ici, là, elle était venu faire un tour.

- Là, 23h42 là, si je regarde la madame qui est monté en haut

- Elle est pls là, elle est plus là

- Sont partis.

- OK, faque...

- Comme je vous dis, c'est entre 11h30 pis minuit. C'est là que ça s'est pas mal passé. Pis après ça, c'était juste du, de la calmer, puis attendre que le taxi arrive.

- Elle est partie seule en taxi?

- Ben, c'est Jérémie, on lui a. Jérémie, il a callé un taxi. Elle a jamais voulu le prendre.

- OK.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer