Un accouchement hors de l'ordinaire

Fanny Robert savait qu'elle n'arriverait pas à temps... (Martin Roy)

Agrandir

Fanny Robert savait qu'elle n'arriverait pas à temps à la Maison des naissances et a composé le 9-1-1. Par chance, la caserne des pompiers se trouve à proximité. Ceux-ci sont arrivés en moins de deux minutes.

Martin Roy

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Les pompiers sont souvent présentés comme des héros dans nos communautés, à juste titre. Des sapeurs de Gatineau ont toutefois donné une nouvelle signification à ce qualificatif samedi dernier en assistant une femme lors de son accouchement.

Cette femme, c'est la propriétaire du Cinéma Aylmer, Fanny Robert. À la maison avec sa mère, les contractions commencent en début de soirée. Les deux femmes se dirigent donc vers l'hôpital.

Comme la mère de Mme Robert est peu habituée à la conduite hivernale, elle qui réside en France, elles ont décidé d'arrêter chez Taxi Aylmer. « Les contractions se sont intensifiées en cinq minutes, alors [...] on est arrêtée pour prendre un taxi, j'ai cru que ça serait plus sécuritaire. »

Dès lors, Fanny Robert savait qu'elle n'arriverait pas à temps à la Maison des naissances et a composé le 9-1-1. Par chance, la caserne des pompiers se trouve à proximité. Ceux-ci sont arrivés en moins de deux minutes, selon le capitaine Guy Desrosiers.

« On a pris madame qui était à l'intérieur d'un véhicule et, vu la température qu'on avait, on l'a rentrée dans le premier local accessible à nous qui se trouvait à être les locaux de Taxi Aylmer », raconte M. Desrosiers.

À l'exception faite du cordon ombilical qui entourait le cou du poupon (problème rapidement réglé par les pompiers), l'accouchement s'est déroulé à merveille, malgré les circonstances.

« Là ou nulle part »

« Deux poussées et j'avais un bébé dans les bras, se rappelle Mme Robert. Je n'avais même pas le temps de rentrer à la maison. C'était là où nulle part. »

Jusqu'à l'arrivée des ambulanciers, partis de l'Hôpital de Hull, les pompiers sont restés avec la mère pour veiller à son confort, notamment en lui trouvant des couvertures pour la garder elle et son bébé au chaud.

« Ils ont été formidables. Ils m'ont porté doucement, même si c'était urgent. Ils ont mis quelque chose sous la tête pour que ça soit plus confortable. Ils se sont occupés du bébé », soutient Fanny Robert qui ne tarit pas d'éloges pour ses sauveurs.

Guy Desrosiers affirme que deux de ses hommes avaient récemment reçu une formation, expressément pour gérer une situation comme celle-là.

« En 30 ans de service, je n'avais jamais vu ça. J'ai été appelé plusieurs fois pour ça, mais jamais on l'a pratiqué en tant que tel. [...] Ils m'ont surpris avec leur calme. J'ai juste des félicitations à faire à ces pompiers », lance fièrement le capitaine Desrosiers.

Pour la petite histoire, le bébé, un garçon de 3,2 kilos, et la maman se portent bien et sont rentrés à

la maison.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer