Un premier meurtre en 2015 à Ottawa

L'Unité des crimes majeurs de la police d'Ottawa... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

L'Unité des crimes majeurs de la police d'Ottawa enquête sur ce premier homicide à survenir sur le territoire de la capitale fédérale en 2015.

Étienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un homme de 26 ans a été victime du premier meurtre de l'année à Ottawa, vendredi matin. Alors que le maire et le chef de police multiplient les interventions sur les gangs de rue et le problème croissant des fusillades, voilà que les enquêteurs recherchent l'auteur de cet homicide survenu dans le sud-est de la capitale.

La victime, qui a déjà eu affaire avec la police, a été retrouvée dans une maison du croissant Forestglade, dans le quartier Hunt Club Park.

Des voisins ont entendu des coups de feu et ont contacté le 9-1-1. Les policiers sont intervenus vers 9h30 et les paramédics ont tenté en vain de réanimer l'homme. Son décès a été constaté sur place.

Le meurtre est lié aux gangs de rue, a confirmé la police. L'unité des crimes majeurs a érigé un périmètre de sécurité et bouclé le croissant Forestglade, entre la promenade Blohm et l'avenue Nobleton. Le quartier porte depuis longtemps l'étiquette du territoire de prédilection du Ledbury Banff Crips, un gang bien connu des services policiers depuis la fin des années 1990. Les autorités n'ont cependant pas confirmé si le crime était relié à ce groupe criminel en particulier.

Le chef de la police d'Ottawa, Charles Bordeleau, a mentionné en après-midi qu'il était allé à la rencontre des gens du quartier ébranlé. «Ce genre d'événement est très préoccupant. [...] Je comprends leurs inquiétudes et je les ai assurés que la prévention et les enquêtes sur ces gestes étaient notre priorité», a-t-il écrit.

L'identité de la victime n'a pas encore été confirmée. Le suspect courrait toujours, en fin d'après-midi.

À la fin janvier, la Ville d'Ottawa a demandé à Queen's Park de financer une deuxième équipe d'intervention directe (EID) pour lutter contre les gangs de rue. Cette mesure coûterait 5 millions de dollars, rapportait LeDroit le 30 janvier dernier.

Une telle équipe financée par la province existe déjà à Ottawa, mais la municipalité estime qu'il faut une plus grande force de frappe pour contrer la criminalité liée aux gangs.

En 2014, la Ville a connu 49 incidents dans lesquels des coups de feu ont retenti, une augmentation de 63% par rapport à 2013. Dix-huit membres de gangs de rue ont été blessés lors de ces événements.

Un autre incident dans l'ouest

Par ailleurs, un autre incident impliquant une arme fait l'objet d'une enquête de la police d'Ottawa. Heureusement, personne n'a été blessé dans cette affaire survenue dimanche.

L'incident ne serait pas relié au drame de vendredi.

Le mur d'une maison d'un quartier tranquille du sud d'Ottawa a été transpercé d'une balle de petit calibre, dimanche dernier, entre 11h et 13h. La police a ouvert une enquête, mais n'a toujours pas trouvé la personne à l'origine de ce coup de feu. La balle a été tirée à proximité de l'intersection des chemins Cambrian et Greenbank, plus précisément dans le pâté de maisons des 2000, avenue Nutgrove. Les faits n'ont été découverts que jeudi par le résident de la maison, qui a trouvé le projectile dans sa résidence. Les enquêteurs ont fait du porte-à-porte dans le quartier. Plusieurs propriétaires ont dit qu'ils avaient entendu des coups de feu dans le secteur et que des gens avaient l'habitude de chasser dans le boisé situé tout près.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer