Fin atroce pour un fermier de Val-des-Monts

Un fermier a connu une fin atroce en étant partiellement broyé par de la... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Un fermier a connu une fin atroce en étant partiellement broyé par de la machinerie agricole, tôt lundi, à Val-des-Monts.

La victime de 48 ans, propriétaire de la ferme laitière située au 1151, chemins des Rapides, a péri dans des circonstances troublantes. L'homme est resté coincé dans un mélangeur à foin vertical, a expliqué la police de la MRC des Collines-de-l'Outaouais en fin d'après-midi.

La Commission de la santé et de la sécurité au travail (CSST) a également ouvert une enquête.

Un proche inquiet de l'absence de l'homme a appelé les secours vers 7h20.

En arrivant sur les lieux, les premiers secouristes n'ont pu que constater le décès de la victime, qui travaillait seule lorsqu'elle s'est retrouvée dans sa position mortelle, vers 7h. Le fermier a été retrouvé debout dans le mélangeur, selon nos informations.

Les policiers ont écarté toute thèse criminelle. Le sergent Dominic Gallant a précisé que l'identité de la victime ne serait pas confirmée avant mardi, le temps que la famille élargie soit avisée.

«Le travailleur serait vraisemblablement entré dans l'appareil servant à mélanger la nourriture des animaux de ferme, explique Alain Trudel, de la CSST. Ce que nous comprenons de la trame factuelle, c'est que l'homme, sur les parois, dégelait le matériel. Pour une raison ou une autre, l'appareil s'est remis en marche.»

Ce mélangeur à nourriture, attaché à un tracteur, puise sa force motrice dans l'arbre de transmission du véhicule. «Le tracteur n'était pas éteint, mais au surplus, la prise de force s'est remise en marche», selon les premières constatations de M. Trudel.

Le tracteur sera soumis à une expertise de la CSST. La commission prévoit dévoiler les conclusions de son enquête et ses recommandations d'ici six mois.

La CSST déplore une vingtaine de décès par année dans l'industrie agricole au Québec. En cinq ans, l'organisme a répertorié 5000 blessés.

«Ces chiffres ne comptent pas les fermes non enregistrées auprès de la CSST», rappelle M. Trudel. Le Québec compte près de 30000 producteurs, mais seulement environ 11000 établissements agricoles sont inscrits à la commission.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer