Présumés terroristes: «Mes clients se défendront vigoureusement contre ces allégations»

L'avocat des frères Larmond, Joseph Addelman.... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

L'avocat des frères Larmond, Joseph Addelman.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) croit avoir déjoué un potentiel complot terroriste en arrêtant deux frères jumeaux d'Ottawa, Carlos et Ashton Larmond. Or, leur avocat clame leur innocence et leur droit à la liberté d'expression.

Ashton Larmond a été arrêté, vendredi, à la... - image 1.0

Agrandir

Ashton Larmond a été arrêté, vendredi, à la station de ski Edelweiss.

Carlos a été intercepté par la GRC à l'aéroport Pierre-Elliott Trudeau de Montréal, vendredi. Il s'apprêtait à quitter le pays pour participer à des activités terroristes, selon le corps de police national. Au même moment, son frère Ashton était arrêté près d'Ottawa.

À tour de rôle, ils sont comparus par vidéoconférence au palais de justice d'Ottawa, hier matin. Carlos est apparu à l'écran le premier, vêtu d'une veste à capuchon grise. L'air bourru, il n'a presque rien dit pendant que son avocat et la Couronne déterminaient ses conditions de détention. 

Ashton a suivi, environ une heure plus tard, vêtu d'un chandail à manche longue foncé au col déboutonné. Avec sa longue barbe, il a imité son jumeau en restant silencieux pour la grande majorité de sa comparution.

Les deux frères resteront détenus pour la durée des procédures et ne pourront communiquer entre eux, en raison de la nature des accusations qui pèsent contre eux. Carlos est accusé d'avoir tenté de quitter le Canada pour participer à des activités terroristes et d'avoir participé dans une activité pour un groupe terroriste.

Ashton fait face à des accusations plus graves alors qu'il risque la prison à vie, selon l'avocat de la Couronne, Rod Sonley. Il est accusé d'avoir facilité une activité terroriste, participé dans une activité pour un groupe terroriste à l'étranger et chargé une personne de se livrer à une activité pour un groupe terroriste.

«Les deux frères sont accusés d'avoir conspiré pour participer aux activités d'une organisation terroriste», résume M. Sonley.

L'avocat des deux frères, Joseph Addelman, clame toutefois que ses clients sont innocents et qu'ils se défendront vigoureusement contre ces accusations. «Ce sera un cas où nous déterminerons comment le système de justice canadien valorise la liberté d'expression, la liberté de rassemblement et la liberté de religion», a affirmé ce dernier à la fin des procédures.

M. Addelman n'a toutefois pas détaillé davantage ses propos. La GRC ou l'avocat de la Couronne n'ont également pas précisé la nature des activités reprochées aux frères Larmond.

De grands sportifs

Difficile d'en savoir davantage sur Carlos et Ashton Larmond. Peu d'information est disponible sur leur passé. Ils auraient toutefois des antécédents judiciaires et seraient connus autant du Service de police d'Ottawa, que du Service de police de la Ville de Gatineau.

Une chose revient constamment toutefois lorsqu'on creuse dans leur passé: le sport. D'ailleurs, Ashton Larmond aurait été arrêté par la GRC au mont Edelweiss pendant journée de ski.

«Je les connais peu, mais chaque fois que j'allais jouer au hockey avec un de mes amis, ils étaient là», soutient une personne jointe par LeDroit qui préfère garder l'anonymat.

Ashton Larmond a commencé à jouer, en septembre, dans une ligue de garage organisée sur une patinoire du complexe sportif de l'Université d'Ottawa. Ken Platt, l'organisateur de cette ligue, affirme qu'il connaît peu Ashton, mais qu'il lui semblait gentil et poli.

«Je ne pourrais dire s'il a joué toutes les parties. Il a joué les deux premiers mois de la saison et ensuite, son frère a pris le relais. Je peux dire que c'est un bon joueur en tout cas, un bon patineur», une évaluation du talent d'Ashton Larmond corroborée par deux autres personnes.

Les deux frères seraient originaires de l'est d'Ottawa et auraient fréquenté l'école secondaire Rideau sur le boulevard Saint-Laurent. Un texte publié en 2008 dans le Ottawa Citizen décrit les qualités athlétiques de Carlos.

Le directeur de l'école n'a pu être joint par LeDroit, hier. Des coéquipiers cités dans le même article du Citizen n'ont pu être joints non plus.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer