Les fusillades entre gangs se multiplient

Lundi en soirée, un homme de 20 ans...

Agrandir

Lundi en soirée, un homme de 20 ans a été atteint au bras par des balles, dans l'ouest d'Ottawa. Des voisins ont indiqué avoir entendu entre cinq et dix coups de feu.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Deux hommes ont été la cible de tireurs lundi à Ottawa. Le premier événement est survenu au coin des rues Slater et Bank vers 2 h 30 et le second sur le croissant Bloomsbury vers 17 h. Les policiers poursuivent leur enquête sur ces deux affaires distinctes.

Le deuxième événement de la journée impliquant des coups de feu s'est produit sur une rue résidentielle dans l'ouest de la ville. Un homme de 20 ans a été atteint au bras par des balles. L'incident s'est produit alors que la victime était à l'intérieur d'une voiture. Le tireur se trouvait dans un autre véhicule qui circulait sur la voie publique. Des voisins ont indiqué avoir entendu entre cinq et dix coups de feu. La vie de la victime ne serait pas en danger, selon le Service de police d'Ottawa (SPO).

Un périmètre de sécurité a été érigé dans le secteur pendant une partie de la soirée. Au moment d'aller sous presse, personne n'avait été appréhendé.

Des voisins rencontrés par LeDroit ont indiqué être étonnés par les faits. « C'est un croissant tranquille ici. Il y a des enfants partout. On s'est toujours sentie en sécurité », a mentionné une voisine qui demeure sur le croissant Bloomsbury depuis trois ans.

Plusieurs médias ont avancé lundi soir que les deux attaques armées seraient reliées aux gangs de rues.

Une première fusillade s'est produite tôt lundi matin à Ottawa. Trois coups de feu auraient retenti vers 2 h 30 à l'intersection des rues Slater et Bank, au centre-ville.

Un homme dans la vingtaine a été atteint par une balle au dos. Ce dernier, connu des milieux policiers, a ensuite hélé un taxi vers 3 h près du croisement de l'avenue Laurier et de la rue Bank, afin de se rendre à un Hôpital d'Ottawa pour se faire soigner.

Une fois arrivée au campus Civic, la victime a dû être opérée. Les médecins s'attendent toutefois à ce que la victime se rétablisse complètement. La balle a été retirée de son dos et remise aux policiers pour analyse. Les agents ont aussi retrouvé des douilles sur les lieux de l'incident.

L'Unité des armes à feu et des bandes de rues du Service de police d'Ottawa confirme qu'il s'agit d'une fusillade impliquant des gangs de rue.

L'incident s'est produit près d'un bar de nuit. Les autorités ne savaient pas si une altercation s'était produite au préalable. C'est pour cette raison qu'ils sont toujours à la recherche de témoins pour leur permettre d'élucider les circonstances entourant cette affaire. L'omertà complique aussi le travail des policiers.

« Le problème avec les membres de gangs est qu'aucun d'entre eux ne témoigne contre leur assaillant. C'est là que nous avons besoin de l'aide du public, a plaidé Eli El-Chantiry, conseiller municipal et président de la Commission de services policiers d'Ottawa, dans une entrevue accordée à CFRA. Ces types ont une mère, un père, des frères, des soeurs, des amis ou sont en présence de quelqu'un qui est au courant de leurs activités illicites. »

Pour l'heure, deux suspects sont recherchés en lien avec cet incident, mais l'enquête se poursuit toujours, soulignent les policiers.

Tendance à la hausse

Il s'agit des 47e et 48e fusillades à Ottawa cette année, soit 18 de plus que l'an dernier. Plusieurs de celles-ci ont opposé des membres de gangs de rues dans l'ouest de la ville. Pas plus tard que vendredi dernier, un incident semblable est survenu au centre commercial Tanger Outlets du secteur Kanata.

« Nul doute que nous avons observé une hausse au chapitre de la violence entre gangs de rue au cours des derniers mois, reprend M. El-Chantiry. Il s'agit désormais de la priorité du Service de police d'Ottawa. Je sais que les résidents sont de plus en plus inquiets, mais il faut savoir que ces incidents se produisent entre gangs de rue et ne ciblent pas un quartier précis. Je me sens toujours en sécurité partout dans la ville. »

Ressources adéquates ?

Le conseiller du quartier Carleton Ouest-March rappelle que les autorités policières ont alloué plus de ressources à l'Unité des armes à feu et des bandes de rues depuis quelques mois. À cet effet, il souligne que deux opérations policières ont permis de déposer quelque 250 chefs d'accusation contre plus de 80 présumés criminels cette année. Une cinquantaine d'armes ont aussi été confisquées.

Néanmoins, M. El-Chantiry doit rencontrer le chef de police Charles Bordeleau, cette semaine, afin de déterminer si le Service de police peut s'attaquer au fléau des gangs de rue avec les ressources en place. La Ville d'Ottawa devait embaucher 23 nouveaux policiers en 2015, mais s'est ravisée, à cause de contraintes budgétaires.

Avec Sylvie Branch

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer