Bilan de l'année 2014 - Justice

La ministre de la Justices Stéphanie Vallée.... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

La ministre de la Justices Stéphanie Vallée.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un personnage : Stéphanie Vallée

La nomination de la députée de Gatineau, Stéphanie Vallée, au poste de ministre de la Justice du Québec a causé la surprise et suscité l'espoir en Outaouais. L'avocate de profession a remis sa toge, l'instant d'une journée, lors de l'ouverture des tribunaux, cet automne, au palais de justice de Gatineau. La magistrature et le Barreau de l'Outaouais ont salué la nouvelle ministre, ajoutant qu'elle avait beaucoup de pain sur la planche en matière d'accessibilité à la justice. Des avocats de l'Outaouais espèrent que cette décision du premier ministre Philippe Couillard « régionalise le droit » et redonne confiance à la population envers le système judiciaire, confronté plus que jamais à des dossiers complexes.

 

Un personnage : Stéphanie Vallée (Martin Roy, LeDroit) - image 2.0

Agrandir

Martin Roy, LeDroit

Un lieu : Chemin du Lac-Clair

Il s'agit sans aucun doute du fait divers le plus rigolo de l'année 2014 dans la région. Le chemin du Lac-Clair, à Val-des-Monts, a été l'endroit où a été aperçu un cochon vietnamien en liberté. En mai dernier, les policiers de la Municipalité régionale de comté des Collines et les agents de la Faune se sont donc lancés à la poursuite de l'animal en cavale. La bête, plutôt rapide, a donné du fil à retordre aux autorités à ses trousses, sur les terres de Val-des-Monts. Un appel au public a aussi été lancé dans le cadre de cette recherche. Ces recherches ont aussi forcé les journalistes à préciser leur sémantique. On croyait au départ qu'il s'agissait d'un cochon thaïlandais. Il a fallu préciser, lorsque l'animal a été retrouvé deux semaines plus tard, qu'il s'agissait d'un cochon vietnamien. Des responsables de la Société pour la prévention de la cruauté faite aux animaux (SPCA) ont finalement capturé la bête à l'aide de cage-trappes, près du lieu où il avait été aperçu pour la première fois. Cette histoire insolite a fait les manchettes un peu partout au Québec, de par sa nature animalière et quelque peu rocambolesque.

 

Un personnage : Stéphanie... (Étienne Ranger, Archives LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Étienne Ranger, Archives LeDroit

Un mot : « Boule-O-Thon »

Sans être admise dans les dictionnaires officiels, l'expression est aujourd'hui bien connue dans la région, depuis qu'une maison de production de film XXX a organisé cet événement dans un bar de danseuses nues de Gatineau. Le but de l'activité était de permettre à une actrice porno, Zoé Zebra, « d'obtenir » 25 éjaculations d'autant d'hommes, dans le cadre d'un film la mettant en vedette. En récompense, son producteur s'est engagé à débourser la somme nécessaire à une augmentation mammaire. Le Boule-O-Thon a fait parler ici comme ailleurs, choquant au passage de nombreuses féministes qui ont vu dans cette affaire une dégradation de la condition féminine.

 

Un personnage : Stéphanie... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit) - image 4.0

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Un chiffre : 60000 $

C'est l'amende que doit payer l'homme d'affaires gatinois Nader Dormani, qui s'est vu refuser une audition devant la Cour suprême, en septembre dernier, dans le dossier de la restauration de l'hôtel chez Henri. Il contestait la décision de la Cour d'appel du Québec le forçant à payer une amende de 60000 $ à la Ville de Gatineau, à cause de la démolition partielle d'un mur lors de rénovations de cet édifice de la promenade du Portage. Le bâtiment, considéré monument historique au sens de la Loi sur les biens culturels, était dans un état de décrépitude importante lorsque l'entreprise a amorcé les travaux de rénovation et d'agrandissement. M. Dormani a toujours maintenu qu'il avait obtenu les autorisations nécessaires pour procéder à cette démolition partielle. La Cour supérieure lui avait donné raison, puis cette décision a été renversée par la Cour d'appel.

 

Amanda Trottier et Travis Votour.... (PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK) - image 5.0

Agrandir

Amanda Trottier et Travis Votour.

PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK

Une résolution : Résoudre l'enquête sur le meurtre d'Amanda Trottier et de Travis Votour

Le couple a été retrouvé sans vie dans leur résidence des Terrasses Eardley, le 6 janvier 2014. La Sûreté du Québec et le Service de police de Gatineau collaborent dans cette enquête, qui n'a toujours pas permis de mettre la main sur un ou des suspects. Cette exécution par balle des deux jeunes amoureux, Amanda Trottier et Travis Votour, s'est faite alors que la fille de Mme Trottier, âgée de trois ans seulement, se trouvait dans sa chambre, à l'étage supérieur. C'est le père de la jeune femme qui a fait la macabre découverte sur l'heure du dîner. Des proches ont affirmé dans les heures suivant le meurtre que ce drame pourrait être relié au monde de la drogue. L'enquête se poursuit, alors que la famille espère que justice sera rendue en 2015.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer