Inceste: l'agresseur serait le père et le grand-père des mêmes enfants

Selon son avocat, Jacques Belley, l'accusé est en... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Selon son avocat, Jacques Belley, l'accusé est en phase terminale d'un cancer généralisé.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un homme de 77 ans a comparu à Gatineau, jeudi matin, pour avoir mis sa propre fille enceinte de plus d'un enfant, depuis les années 70. C'est une véritable histoire d'horreur que la victime semble avoir vécue entre les âges de huit et 40 ans.

La Couronne a déposé des accusations d'agression sexuelle contre le septuagénaire de Val-des-Monts, mercredi. L'homme a comparu jeudi, et la Couronne s'est vivement opposée à sa remise en liberté.

L'individu de grande taille est apparu affaibli et s'appuyait sur une canne, dans le box des accusés.

La présumée victime aurait accouché de son premier enfant à l'âge de 14 ans. Des sources nous ont affirmé que c'est elle qui a décidé de parler et de dénoncer son père à la police, après des décennies d'omertà.

D'autres plaintes contre le même homme ont déjà été signalées dans le passé, sans qu'elles soient retenues. « On s'attend maintenant que d'autres personnes portent plainte. Certains vont probablement sortir de l'ombre », a indiqué le porte-parole de la police de la MRC des Collines, Martin Fournel. Selon ce qui nous a été permis d'apprendre, l'agresseur aurait fait trois enfants à sa propre fille. Il serait ainsi le père et le grand-père de ces trois enfants.

Ce cas d'inceste, sous enquête de la police de la Municipalité régionale de comté (MRC) des Collines, a forcé la tenue d'un long interrogatoire du suspect au poste de police, mercredi.

Aux enquêteurs qui l'ont interrogé, l'homme n'aurait démontré aucun remords et réfuté toutes les allégations de sa fille.

« En 31 ans de carrière, a dit l'avocat de l'accusé, Me Jacques Belley, c'est la première fois que je tombe sur un dossier semblable. »

Selon le criminaliste d'expérience, l'accusé est en phase terminale d'un cancer généralisé. Il aurait aussi parlé de son état de santé aux forces policières qui l'ont interpellé mercredi. Des sources mettent toutefois en doute cette version de l'accusé, qui ne serait pas en mesure de présenter ses billets de son médecin, ni même le nom de celui-ci.

La Cour du Québec a imposé une ordonnance de non-publication visant à protéger l'identité de la victime et des enfants de celle-ci.

C'est pourquoi le nom de l'accusé sera aussi tenu secret.

Liberté provisoire

L'accusé et son procureur tenteront d'obtenir une liberté provisoire en attendant la fin du procès. « Concernant le séjour en détention, on sait que sa santé est très précaire, a expliqué Me Belley. C'est très, très particulier. On a remis le dossier à lundi afin de le remettre en liberté le plus rapidement possible. Son âge, son état de santé comptent parmi différents facteurs avec lesquels je vais pouvoir convaincre la Couronne de le faire sortir. »

L'accusé n'a pas d'antécédent judiciaire. « Il faut se rappeler que monsieur est présumé innocent jusqu'à preuve du contraire », a dit Me Belley.

Le tribunal a interdit au père présumément incestueux d'entrer en contact avec plusieurs de ses proches.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer