Hassan Diab sera extradé en France

Hassan Diab, un professeur de sociologie.... (Photo d'archives, La Presse Canadienne)

Agrandir

Hassan Diab, un professeur de sociologie.

Photo d'archives, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Presse Canadienne

La Cour suprême a refusé jeudi d'entendre l'appel d'un professeur de sociologie de l'Université d'Ottawa soupçonné d'avoir été impliqué dans un acte terroriste il y a 34 ans à Paris.

L'ordre d'extradition visant Hassan Diab sera donc exécuté.

Les avocats du professeur de sociologie plaidaient que les accusations dont il fait l'objet en France reposent sur des renseignements qui n'auraient pas été prouvés.

La France soupçonne Hassan Diab d'avoir collaboré à une attaque à la bombe dans une synagogue de Paris en 1980, qui a tué quatre personnes, en plus d'en blesser plusieurs dizaines d'autres.

Le Canadien d'origine libanaise, qui rejette toute responsabilité dans l'attentat, travaillait comme chargé de cours dans deux universités ontariennes.

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a arrêté M. Diab en novembre 2008 après avoir reçu une demande de la France.

En juin 2011, le juge Robert Maranger de la Cour supérieure d'Ontario avait statué que M. Diab devait être extradé, bien qu'il ait reconnu que les preuves retenues contre lui étaient faibles.

Au mois d'avril de l'année suivante, le ministre de la Justice, Rob Nicholson, avait autorisé son extradition.

La Cour d'appel de l'Ontario avait confirmé les jugements de la Cour supérieure et du ministre, mais elle avait incité les avocats de M. Diab à se rendre en Cour suprême.

Plus de détails à venir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer