Patients souffrant de troubles mentaux : entente entre les policiers et le CSSSG

Selon le chef de la police de Gatineau,... (MARTIN ROY, Archives LeDroit)

Agrandir

Selon le chef de la police de Gatineau, Mario Harel, cette entente permettra aux policiers de passer moins de temps à l'hôpital auprès de la clientèle vulnérable et de consacrer plus d'heures sur le terrain.

MARTIN ROY, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La police de Gatineau, de la MRC des Collines et la Sûreté du Québec ont signé un protocole d'entente avec le Centre de santé et de services sociaux de Gatineau afin de prévenir, entre autres, que des menaces soient mises exécution par des patients souffrant de troubles mentaux.

Le protocole vise un meilleur échange d'informations entre le système de santé et les services policiers.

«Cette entente facilitera notamment le travail des policiers lors de situations parfois nébuleuses comme par exemple dans le cas d'une personne souffrant de santé mentale [...] il arrive fréquemment qu'une personne dont l'état de santé mentale présente un danger pour elle-même ou autrui arrive à l'urgence accompagnée par un policier. Grâce à l'entente conclue aujourd'hui (lundi), les parties pourront compter sur des interventions plus efficaces et sécuritaires, et ce, dans des délais plus courts lors de la prise en charge de cette clientèle», lit-on dans le communiqué du CSSSG.

Le commandant de la SQ en Outaouais et le directeur de le sécurité publique de la MRC des Collines, Stéphane Raymond et Denis St-Jean, ont signifié leur intérêt de voir un tel protocole être adopté auprès des hôpitaux se trouvant sur leurs territoires respectifs.

Selon le chef de la police de Gatineau, Mario Harel, cette entente permettra aux policiers de passer moins de temps à l'hôpital auprès de la clientèle vulnérable et de consacrer plus d'heures sur le terrain.

Les représentants du système de santé se sont engagés à «transmettre l'information utile et nécessaire» aux policiers tout en respectant le secret professionnel et leur code d'éthique.

Les informations sur les menaces à venir seront généralement divulguées en cas de danger imminent, alors que les confidences relevant des évènements passés resteront confidentielles, selon le secret professionnel du personnel de l'hôpital.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer