Des feux de circulation réclamés depuis «des années»

La Sécurité publique de la MRC des Collines-de-l'Outaouais... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

La Sécurité publique de la MRC des Collines-de-l'Outaouais soutient que ce secteur ne présente pas de risque particulier. Mais la mairesse, Madeleine Brunette, n'en démord pas: la configuration de l'artère ne répond plus au flot de véhicules, dit-elle.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les policiers rapportent peu d'accidents mortels sur le tronçon de la route 307 qui a été fatal à la jeune Maryse Beaulne. Quoi qu'il en soit, la mairesse de Cantley et de nombreux résidents du secteur en avaient long à dire sur la sécurité de l'intersection où est survenu le drame.

La Sécurité publique de la MRC des Collines-de-l'Outaouais soutient que ce secteur ne présente pas de risque particulier. Mais la mairesse, Madeleine Brunette, n'en démord pas: la configuration de l'artère ne répond plus au flot de véhicules, dit-elle.

«Ça fait des années que la municipalité demande des feux de circulation sur la 307. On nous a dit que tant qu'il n'y aura pas de centre commercial ce ne sera pas nécessaire. L'accident de ce matin (mardi) est malheureux», a indiqué Mme Brunette.

Cette dernière note que le parc automobile a augmenté de façon considérable au cours des 10 dernières années dans la municipalité. La population de Cantley a presque doublé durant la même période. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que la municipalité demande au ministère des Transports du Québec (MTQ) de changer la signalisation ou encore d'élargir les voies.

Or, l'installation de feux de circulation doit être faite selon certaines normes, comme la réduction de la limite de vitesse et un élargissement de voies.

La situation pourrait changer sous peu. Un centre commercial doit être bâti sur les terrains situés à proximité de l'intersection où s'est produit l'accident. «Ces changements permettront d'assurer une sécurité accrue sur la route 307», souhaite Mme Brunette.

Des usagers de la route habitant le secteur se disent bien placés pour constater l'absence de signalisation adéquate sur le tronçon sinueux où la vitesse maximale est de 70km/h.

«Avec la côte qui est suivie d'une courbe, tu as à peine le temps de voir venir le danger», affirme Roland Letang.

À l'aube comme au crépuscule, la faible lumière des lampadaires - lorsqu'ils fonctionnent - est aussi à blâmer, selon plusieurs.

«C'est une intersection qui n'est pas évidente. J'ai pris l'autobus avec la STO pendant huit ans le matin, et on a de la difficulté à traverser. Dans le temps que je prenais l'autobus à 6h40, on était là avec notre lampe de poche parce que le chauffeur de l'autobus ne nous voyait pas! Avec le centre commercial, on espère bien avoir un feu de circulation. Ça va aider un peu», affirme un voisin de la famille de la victime, Marc St-Laurent.

Avec Guillaume St-Pierre

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer