Le CRTC donne son aval à l'achat de Corus Québec

Le 104,7 FM passera aux mains de Cogeco dès février

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le 104,7 FM passera aux mains de Cogeco dès le 1er février prochain, ce qui rapproche la station gatinoise d'une reprise de la production d'une émission matinale et d'un retour sur la colline du Parlement.

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a autorisé hier la transaction entre Corus, propriétaire de CJRC, et Cogeco. Le vice-président radio de Cogeco, Richard Lachance, a confirmé ses intentions de réinstaurer les nouvelles du week-end et « d'envoyer quelqu'un sur la colline parlementaire à Ottawa ».

Cette transaction amènera Cogeco à embaucher des journalistes, prévoit le VP radio. Une agence, Cogeco Nouvelles, devrait être mise sur pied. Elle échangerait du contenu avec les petites stations privées indépendantes et les stations communautaires.

« À partir de février, on va développer notre plan. Nous avons l'intention d'établir une programmation locale le matin et le midi, dit M. Lachance. Mais il est trop tôt pour donner une date précise à tout cela. »

L'équipe de la station de la rue Edmonton a qualifié cette transaction de « bonne nouvelle » lors de son bulletin de 12 h 30, hier. L'émission du midi est présentement animée par Mathieu Locas. Le marché d'Ottawa-Gatineau, avec la présence des Sénateurs dans la LNH, est qualifié de « particulier » par Cogeco.

L'image de marque « Souvenirs garantis » des stations CJRC et de ses semblables pourrait aussi disparaître. « C'est sûr que ce ne sera pas le même plan », a affirmé le vice-président.

Des stations en déficit

Cogeco dit vouloir investir dans ses stations locales pour être compétitif et « rétablir les liens » avec l'auditoire « le plus vite possible ». Autant Cogeco que Corus, un an plus tôt, ont affirmé que la station de Gatineau était en danger. « Les stations de Gatineau, de Trois-Rivières et de Sherbrooke ont perdu cinq millions de dollars », selon M. Lachance.

La matinale de Paul Arcand, Puisqu'il faut se lever, produite dans la métropole, est diffusée en Outaouais et ailleurs au Québec depuis février 2010. Des capsules d'information locale parsèment la programmation du matin. Cette stratégie devait remettre la station sur la voie de la rentabilité, affirmait la direction de Corus, l'hiver dernier.

Selon le CRTC, la transaction de février « assurera le maintient et la diversité de la programmation » à Montréal et en région.

L'entreprise devra par contre se départir des stations CJEC et CFEL à Québec, pour respecter les normes de l'organisme qui réglemente la radiodiffusion et les télécommunications.

Le CRTC refuse par contre certains projets de Cogeco, comme la conversion de CKOY-Sherbrooke en station émettrice de CKAC Montréal. « Une telle approbation résulterait en la perte d'une voix locale dans le marché de Sherbrooke », affirme l'organisme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer