Premier jour férié de magasinage dans le Glebe

Le magasin de jouets Mrs. Tiggy Winkle's était l'un de... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

Agrandir

Le magasin de jouets Mrs. Tiggy Winkle's était l'un de ceux qui ont décidé d'ouvrir leurs portes lundi.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Plusieurs magasins et boutiques de la rue Bank dans le quartier Glebe, à Ottawa, sont restés fermés lundi, jour de l'Action de grâce, malgré la nouvelle exemption qui leur permet d'ouvrir leurs portes lors des jours fériés.

Les commerces du Glebe ont dorénavant l'autorisation d'ouvrir leurs portes puisque le quartier possède maintenant une désignation touristique de la Ville d'Ottawa. Cette désignation permet aux commerces d'être exemptés de la loi ontarienne sur les heures d'ouverture, comme c'est le cas dans le marché By. 

Le Conseil du travail du district d'Ottawa avait échoué dans sa tentative de faire casser la décision. L'Action de grâce était donc la première fête fériée où les boutiques pouvaient ouvrir en toute légalité sur la rue Bank et au parc Lansdowne.

Le directeur général de la Zone d'amélioration commerciale (ZAC) de la rue Bank, Andrew Peck, a indiqué que le point dans ce dossier est de laisser aux commerçants le loisir de décider d'ouvrir ou non leurs portes. 

«La question qu'ils doivent se poser, après avoir consulté leurs employés, est de savoir s'ils veulent ouvrir ou non. Certains décideront d'ouvrir lors d'un congé, et de rester fermé pour un autre, ou de rester fermé tous les jours fériés. Tout ceci prendra du temps. Ça dépendra aussi des activités qui se déroulent dans la ville. Lors de festivals comme Bal de neige ou celui des tulipes, je crois que vous verrez davantage de commerces ouverts», a expliqué M. Peck.

Le magasin de jouets Mrs. Tiggy Winkle's a connu une journée fort achalandée. Le commerce était l'un de ceux qui ont décidé d'ouvrir leurs portes lundi. Il était ouvert de 11h à 16h. Beaucoup de familles s'y sont présentées. 

«C'est pratique. En semaine, nous n'avons pas le temps parce qu'on travaille. Aujourd'hui, nous avons pris du temps pour faire une promenade et voir des magasins qu'on ne voit pas en temps normal», a indiqué Louise Primeau, d'Ottawa, qui magasinait avec sa famille.

Une gérante du magasin a dit qu'elle appuie la ZAC dans ses efforts pour donner aux commerces la liberté de décider.

«Nous sommes chanceux d'avoir cette opportunité. C'est bien d'avoir cette option, et de choisir de nos heures d'ouverture», a-t-elle signalé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer