Dixième anniversaire de Beau's: le cadeau va aux employés

Steve et Tim Beauchesne, père et fils, ont... (Courtoisie)

Agrandir

Steve et Tim Beauchesne, père et fils, ont lancé la microbrasserie Beau's en 2006.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La brasserie artisanale Beau's aura de nouveaux actionnaires pour ses 10 ans. Dès le 1er juillet, l'entreprise de Vankleek Hill sera partiellement vendue, non pas à un plus gros joueur de l'industrie, mais à des investisseurs d'une tout autre palette: son propre personnel.

L'annonce a été faite lundi, devant les quelque 150 employés de Beau's réunis au cinéma Bytowne, à Ottawa. «Ça a été assez dramatique. On nous a dit qu'on n'avait pas le choix de vendre l'entreprise, raconte le représentant du Québec pour la brasserie, Jean-François Dugas. Il y avait une tension palpable. On se disait "Non, pas une autre microbrasserie qui va se faire acheter!"»

Après les achats de Mill Street Brewery et d'Archibald par Labatt, en octobre et en avril derniers, Beau's allait-elle s'ajouter à la liste des petits joueurs vendus à des géants de l'industrie? C'est tout le contraire: cet été, Beau's deviendra la première microbrasserie canadienne à ouvrir la vente d'une portion de ses actions à ses employés en adoptant un régime d'actionnariat des salariés.

La date n'a pas été choisie au hasard. Le nouveau régime entrera en vigueur le 1er juillet, jour qui soulignera les 10 ans de la microbrasserie. «C'est quelque chose dont nous parlions depuis longtemps. Nous avons décidé de faire quelque chose qui laisserait un héritage pour les 10 prochaines années plutôt que de simplement nous donner des tapes dans le dos pour le succès que nous avons eu», explique le cofondateur et directeur général de Beau's, Steve Beauchesne.

Au 1er juillet de chaque année, les employés qui ont au moins 12 mois d'ancienneté auront l'occasion de vendre et d'acheter des parts qui jusqu'à la fin juin 2016 auront été détenues par des proches des fondateurs de Beau's. «C'est un modèle très rare, surtout au Canada. Dans des pays comme les États-Unis et le Royaume-Uni, c'est un peu plus commun, continue Steve Beauchesne. Mais des études ont été faites et démontrent que les employés qui ont eu régime d'actionnariat ont un rendement supérieur que les autres.»

Tout indique que les investissements seront fructueux. Dans les cinq dernières années, les ventes de Beau's ont bondi de 525%. Quant aux actions, les investisseurs présents depuis les débuts de la microbrasserie ont vu leurs parts croître de 45% annuellement. Et la croissance continue; en six mois de présence au Québec, la proportion des transactions dans la Belle Province a grimpé à 10% des ventes totales.

Par-dessus toute autre raison, faire des employés des investisseurs viendra ancrer l'indépendance de la microbrasserie, alors que les actionnaires auront mot à dire si la question d'une transaction qui représente plus de 50% de la compagnie est soulevée. «Ça risque d'être difficile de convaincre 150 personnes de vendre une microbrasserie! lance Jean-François Dugas. On y croit beaucoup à cette notion familiale, locale.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer