Fusion des salles de nouvelles du Ottawa Citizen et du Ottawa Sun

Postmedia a annoncé la fusion des salles de... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Postmedia a annoncé la fusion des salles de nouvelles de ses quotidiens Ottawa Citizen et Ottawa Sun.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La salle de rédaction du quotidien Ottawa Sun a encaissé un dur coup, mardi, alors que l'annonce de sa fusion avec la salle de nouvelles du Ottawa Citizen a entraîné la disparition de plusieurs postes de reporters.

À l'échelle du pays, le géant Postmedia a mis à pied quelque 90 employés et a fusionné les salles de rédaction de ses journaux à Ottawa, Calgary, Edmonton et Vancouver. L'entreprise possède deux quotidiens dans chacune de ces grandes villes.

«Postmedia tue le journalisme pour payer ses riches prêteurs à New York. Disgracieux», a lancé sur les médias sociaux la division canadienne du Syndicat des communications d'Amérique.

Le syndicat a publié la note interne du président et chef de la direction de Postmedia, Paul Godfrey, dans laquelle il affirme qu'il n'y aura désormais qu'une salle de nouvelles pour deux journaux dans les quatre villes ciblées, un changement effectif immédiatement.

«Depuis l'annonce de l'acquisition de la chaîne Sun, nous travaillons à rapprocher nos équipes afin de faire des économies», a dit le grand patron de Postmedia, Paul Godfrey. «Que ce soit clair, nous allons continuer à exploiter deux marques différentes dans les villes touchées», a-t-il précisé. Toutefois, une seule personne sera désormais responsable des deux quotidiens anglophones de la capitale.

«C'est une journée terrible pour le journalisme et la démocratie au Canada», a réagi le président du syndicat Unifor 87-M représentant les employés du Ottawa Sun, Paul Morse. «Il n'y aura plus d'indépendance entre les deux salles de rédaction», a-t-il laissé tomber, sous le choc, en entrevue avec LeDroit.

Selon M. Morse, quatre journalistes et deux chroniqueurs restent au Sun, ce qui signifie que dix postes ont été abolis dans la salle de nouvelles. Le reporter sportif Chris Hofley, qui fait partie des mises à pied, a confié hier que même s'il estime que «ce n'est pas une grosse surprise», la situation était «difficile» pour ses collègues et lui. «Ça va être difficile d'avoir deux journaux qui vont partager les mêmes reporters, dit-il. Je pense que l'information va en souffrir.»

Pour l'instant, la salle de nouvelles du Ottawa Citizen ne déplore aucune perte d'emploi à la suite de l'annonce des coupures de mardi, a indiqué Debbie Cole, une représentante syndicale.

Postmedia a toutefois mis à la disposition de ses employés un plan de départs volontaires.

«C'est une situation un peu étrange. Il y aura toujours deux salles de nouvelles, sauf que ceux qui restent écriront pour les deux journaux», ajoute Mme Cole.

Le Bureau de la concurrence n'a pas contesté l'acquisition de Sun Media par Postmedia. Le 25 mars 2015, le Bureau affirmait que «cette acquisition n'aurait pas vraisemblablement pour effet d'empêcher ou de diminuer sensiblement la concurrence», car il est dans l'intention de Postemedia de conserver «des rédactions distinctes».

Dans un échange de courriel avec LeDroit, l'organisme de surveillance a affirmé que la période de contestation de la transaction était expirée.

Mais que de toute façon, «l'examen du Bureau a pris en considération le caractère dynamique des marchés des médias et les défis que doit relever le média traditionnel pour s'adapter à un monde de plus en plus numérique. Toutes décisions subséquentes de Postmedia concernant ses actifs acquis, tels les coupures d'emplois annoncées (mardi) ne sont généralement pas cause à un nouvel examen de la transaction».

Dans sa note interne, le grand patron de Postmedia - qui possède aussi le National Post et le Toronto Sun - a aussi annoncé la création d'une nouvelle équipe nationale qui couvrira les sports.

Des journalistes sportifs du National Post ont pendant ce temps indiqué être eux aussi victimes des compressions.

Il y a moins d'une semaine, Postmedia annonçait une restructuration de ses opérations pour réduire ses dépenses et pallier le déclin constant des revenus publicitaires et de la vente des journaux imprimés.

L'entreprise vise une réduction de ses dépenses de 80 millions $ d'ici la mi-2017. Son objectif précédent était des coupes de 50 millions $ d'ici la fin de 2017. L'entreprise avait affirmé être en selle pour atteindre cet objectif de 50 millions $ d'ici la fin du troisième trimestre fiscal, le 31 mai.

Avec La Presse Canadienne

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer