Un code de conduite aux CUPR

L'administration régionale veut montrer patte blanche, explique le... (Archives, LeDroit)

Agrandir

L'administration régionale veut montrer patte blanche, explique le directeur général des CUPR, Stéphane Parisien.

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le gouvernement régional des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) instaure un tout nouveau code de conduite pour ses employés. La marche à suivre en matière de conflit d'intérêt, de cadeaux et d'image sera dorénavant clairement définie.

L'administration régionale veut ainsi montrer patte blanche et éloigner tout soupçon de corruption et collusion. «À la lumière de tout ce qui se passe (dans le monde municipal au Québec et ailleurs), nous voulions adopter un code de conduite. Que faire lorsqu'on reçoit des billets de hockey? Que faire quand un fournisseur nous offre personnellement des bouteilles d'alcool? Maintenant, c'est clair», explique le directeur général des CUPR, Stéphane Parisien.

Le code de conduite ne sera présenté aux élus régionaux que ce matin, mais il a déjà été entériné.

«Tout bien, service, avantage, invitation ou cadeau doit être considéré comme une source potentielle de conflit d'intérêts. Pour qu'ils soient acceptés ou offerts, ceux-ci doivent être de valeur modeste et peu fréquents. Ils ne doivent pas être perçus comme des moyens d'influencer des décisions», mentionne le guide.

Le nouveau code de conduite prévoit également l'instauration d'un système de dénonciation.

«Nous voulons être reconnus comme étant responsables. Tous nos employés sont le prolongement de la corporation des CUPR, même après le travail. Nous voulons projeter une image professionnelle», note M. Parisien.

Les élus régionaux semblent accueillir d'un bon oeil l'initiative du gouvernement régional. «Ce n'est pas qu'il y ait un manque de transparence, loin de là; mais avec un code de conduite, c'est écrit et c'est clair», estime le président des CUPR, Robert Kirby.

Le code de conduite impose également un respect entre employés, a souligné le maire de Clarence-Rockland, Guy Desjardins. «Je ne vois rien de mal là-dedans. Un code de conduite encourage le respect et la courtoisie.»

Sbgauthier@LeDroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer