Une vodka produite à Gatineau

Vodkalight compte produire 500 000 bouteilles par années.... (Courtoisie)

Agrandir

Vodkalight compte produire 500 000 bouteilles par années.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les amateurs de vodka pourront déguster un nouveau produit local à saveur «gatinoise» puisqu'une distillerie sera construite dans l'Aéroparc.

Le projet de l'homme d'affaires Pierre Mantha, évalué à 5 millions de dollars, prévoit la construction d'un édifice sur la rue Bombardier à Gatineau. Les travaux débuteront au cours des prochaines semaines et le premier alambic doit être installé en décembre. En tout, quatre dispositifs de distillation seront utilisés afin de produire la nouvelle Vodkalight, une vodka ultra-premium à faible teneur en calories qui sera distillée sept fois.

Vodkalight sera confectionnée à partir de l'eau de source de Gatineau et de grains de maïs du Québec et de l'Ontario. L'objectif est d'offrir un produit qui aura de 45 à 60 calories par once et un taux d'alcool oscillant autour de 35%.

« On a un produit qui se distingue parce qu'il est réduit en calorie, explique Patrick Chartrand, directeur de la commercialisation. On veut s'adapter à la consommation des gens. Auparavant on n'avait pas nécessairement le réflexe de choisir une marque en particulier, maintenant on consomme moins mais mieux. Les gens préfèrent choisir une marque de meilleure qualité. »

L'eau-de-vie gatinoise entend se distinguer des autres bouteilles déjà disponibles en magasin. M. Chartrand compare la qualité du produit aux marques connues comme Grey Goose et Pur Vodka.

Les premières bouteilles devraient se retrouver sur les tablettes de la Société des alcools du Québec et de la Régie des alcools de l'Ontario en juin 2017. Les discussions sont déjà amorcées avec les deux sociétés d'État afin de commercialiser l'eau-de-vie. L'entreprise compte produire 500 000 bouteilles par année et embaucher une vingtaine d'employés d'ici cinq ans.

Essor des distilleries

Au cours des dernières années, plusieurs distilleries ont vu le jour dans la Belle Province. À titre d'exemple, l'Association des micro-distilleries du Québec regroupe plus de dix membres producteurs depuis sa création en 2012. Un marché en pleine ébullition auquel voulait se joindre Vodkalight.

«C'est un marché dans lequel les gens veulent se distinguer. On voit de plus en plus de gins fabriqués au Québec, par exemple. Le consommateur recherche un produit qui se démarque avec une saveur et un goût qui se distingue», note M. Chartrand.

Les producteurs de Vodkalight souhaitent percer sur le marché international. M. Mantha, le fondateur de l'entreprise, envisage de distribuer son produit en Colombie dès juin 2017. De plus, un plan d'expansion prévoit étendre la vente ailleurs dans le monde à partir de 2018.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer