Gatineau reste sur sa faim

Selon François Roy, coordonnateur de l'organisme Logemen'occupe, environ... (Patrick Woodbury, archives LeDroit)

Agrandir

Selon François Roy, coordonnateur de l'organisme Logemen'occupe, environ 1 000 ménages se retrouvent sur une liste d'attente pour obtenir un logement social.

Patrick Woodbury, archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Alors que le budget provincial 2016-2017 s'annonce comme l'arrivée d'un climat économique plus clément dans l'ensemble du Québec, l'austérité semble s'éterniser en Outaouais.

La Ville de Gatineau s'est dite toujours en attente de bonnes nouvelles, malgré quelques investissements pour le maintien de son parc immobilier et pour les infrastructures récréatives. Dans un communiqué, Gatineau a affirmé rester sur sa faim en ce qui concerne l'augmentation des investissements dans les transports collectifs et les infrastructures.

«Nos regards sont maintenant tournés vers le budget du gouvernement canadien qui sera déposé mardi prochain», indique le document.

Idem pour les logements sociaux, «où il semble que les seuls montants au budget soient prévus pour 2020-2021».

Grands oubliés du budget, les logements sociaux ont vu la diminution de leurs effectifs reconduite pour une deuxième année consécutive. Mille cinq cents nouveaux logements ont été annoncés, alors que cette même quantité se chiffrait à 3 000 avant l'année 2015-2016.

L'organisme Logemen'occupe s'est dit «scandalisé» de ces chiffres. Selon son coordonnateur François Roy, environ 1 000 ménages se retrouvent bon an, mal an sur une liste d'attente pour obtenir un logement social. Or, les chiffres divulgués jeudi limiteront la construction à 100 logements à Gatineau, dont 10 pour les personnes itinérantes. «C'est complètement ridicule, quand on connaît l'ampleur des besoins», s'est-il indigné en entrevue avec LeDroit.

«C'est très décevant, même révoltant, a réagi François Roy. Beaucoup de coûts vont être générés par le fait qu'on n'investisse pas dans la lutte à la pauvreté. Ils ont une vision comptable, avec comme objectif d'arriver à un déficit zéro, et cette lutte-là est faite sur le dos des plus démunis.»

La ministre responsable de l'Outaouais Stéphanie Vallée a répondu que les 1500 logements sociaux annoncés «correspondent quand même à un investissement important, très important.»

«Les besoins sont grands en logement social, mais on est là et on répond présent, selon nos capacités de payer, s'est défendu la ministre de la Justice. Ça démontre notre souci, l'importance qu'on accorde aux logements sociaux.»

Mme Vallée a cependant jugé que le budget compte «des éléments très intéressants dans le budget et des éléments très intéressants» pour la région, notamment dans l'industrie forestière, qui fera l'objet de deux investissements totalisant près de 250 millions $ pour la construction et l'entretien des chemins d'accès et pour la transformation de l'industrie.

La Chambre de commerce de Gatineau a quant à elle souligné les «cibles justes» du budget 2016-2017, dont la création du programme Québec branché, qui vise à améliorer l'accès Internet dans les zones mal desservies.

Elle s'est également réjouie des mesures d'aide aux PME québécoises, dont la réduction du taux d'imposition des entreprises du secteur de la fabrication, la création de crédits additionnels pour soutenir leurs efforts d'exportation ainsi que la mise en place ou la bonification de quatre fonds dédiés aux technologies propres.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer