Creux marqué des mises en chantier en janvier

La tendance des mises en chantier à Gatineau... (Archives LeDroit)

Agrandir

La tendance des mises en chantier à Gatineau s'est élevée à 1091 et à 5567 à Ottawa.

Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Après avoir connu un regain en décembre, la tendance des mises en chantier d'habitations a connu une baisse marquée en janvier à Gatineau, le plus faible niveau d'activité pour le premier mois de l'année en plus de 20 ans.

Selon les statistiques dévoilées par la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL), la tendance des mises en chantier dans la région de Gatineau s'est élevée à 1091 en janvier, comparativement à 1626 en décembre dernier.

Quant au nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé, il se situait à seulement 152 en janvier, en baisse par rapport à celui de 1802 enregistré en décembre dernier. En janvier 2015, le nombre d'unités s'était élevé à 1257.

Analyste principale de marché à la SCHL pour la région de Gatineau, Geneviève Lapointe souligne que cette tendance à la baisse de mises en chantier d'habitations découle du nombre élevé de propriétés invendues sur le marché neuf et de la revente, ainsi que du taux d'inoccupation élevé sur le marché locatif.

En 2015, le bilan des mises en chantier d'habitations avait connu une baisse de 17%, terminant à son plus bas niveau en près de 15 ans, alors que le nombre de logements construits en copropriétés avait été le plus touché.

À Ottawa, la tendance des mises en chantiers est restée à peu près la même en janvier, à 5567 unités d'habitations comparativement à 5537 en décembre.

Pour ce qui est du nombre désaisonnalisé et annualisé de mises en chantier de logements, il a été de 4740 en janvier dernier, alors qu'il avait été de 2867 en janvier 2015 à Ottawa.

À l'échelle du Canada, la tendance était à la baisse en janvier avec 199 169 unités neuves, comparativement à 203 304 en décembre 2015. La baisse est essentiellement due au ralentissement de l'activité économique dans les Prairies.

La SCHL souligne qu'elle tient compte de la tendance, en plus du nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé, pour obtenir un portrait complet de l'état du marché de l'habitation, puisque dans certains marchés, puisque les mises en chantier d'habitations sont alimentées surtout par les logements locatifs où l'activité varie beaucoup d'un mois à l'autre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer