Les 425 syndiqués acceptent un contrat de 5 ans

Les 425 syndiqués des deux usines Kruger de Gatineau ont ratifié, dans une... (Étienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Étienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Les 425 syndiqués des deux usines Kruger de Gatineau ont ratifié, dans une proportion de près de 90%, l'entente de principe survenue le 25 mai dernier avec l'entreprise, pour un nouveau contrat de travail de cinq ans. «Nous sommes très heureux de ce dénouement. Nous obtenons  11 % sur un contrat de cinq ans, la sécurité d'emploi pour plus de 120 de nos membres qui sont arrivés après la signature en 2011, de même que plusieurs bonifications», a indiqué Pierre Lépine, président de la section locale 50 d'Unifor. Les assemblées de ratification ont eu lieu la semaine dernière.

Le nouveau contrat de travail prévoit une augmentation salariale de 11% pour la durée de la convention collective de cinq ans assortie d'un montant boni à la signature de 500$. Une contribution de 0,03$ l'heure travaillée au congé d'éducation payé, hausse de diverses primes, indexation des rentes après la retraite, et plusieurs bonifications aux protections d'assurances collectives, sécurité d'emploi pour tous les employés actifs au moment de la ratification.

En cas de recours à la sous-traitance, l'entreprise devra maintenir les emplois des 120 employés, ce qui n'était pas le cas avec cette entente.

Il y a quelques semaines, les syndiqués avaient rejeté les dernières offres et voté à 99% en faveur d'un mandat à leur comité de négociation pour entamer des moyens de pression y compris le recours à la grève.

«La détermination des membres a réussi à contrer les intentions de l'employeur qui tentait d'imposer un régime de retraite à cotisation déterminée», a fait valoir pour sa part Joël Vigeant, représentant national d'Unifor.

Le contrat accepté par les employés des deux usines de Gatineau, rue Laurier et sur le boulevard de la Carrière à Gatineau, respecte en tout point le contrat modèle négocié dans l'industrie, a expliqué M. Lépine. Certaines dispositions spécifiques à leur créneau de production, a fait valoir le syndicat.

Quant au prolongement du bail de l'usine rue Laurier, M. Lépine se dit «optimiste» et espère qu'une entente sera signée avec la CCN pour prolonger le bail jusqu'en 2053, comme l'espère la direction de l'usine. «C'est important pour les plus jeunes qui espèrent avoir un avenir ici pour les 30 ou 35 prochaines années», a expliqué M. Lépine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer