Le Fonds de solidarité FTQ prêt à risquer davantage

Gaétan Morin, président et chef de la direction... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Gaétan Morin, président et chef de la direction du Fonds de solidarité FTQ.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le nouveau président et chef de la direction du Fonds de solidarité FTQ, Gaétan Morin, reconnaît que l'Outaouais souffre d'une carence quant à la disponibilité du capital de risque sur son territoire.

«C'est vrai en Outaouais, mais c'est aussi vrai partout, dès qu'on sort des grands centres urbains, nuance M. Morin. Il y a des carences dans la disponibilité, mais surtout pour du financement inférieur à un million de dollars. C'est précisément là que le Fonds de solidarité de la FTQ prend toute son importance. Nous avons la possibilité d'investir dans des entreprises de plus petite taille. Environ 70% de nos investissements se font dans les régions du Québec.»

122 millions investis

En Outaouais, le Fonds de solidarité a appuyé 132 entreprises depuis sa fondation en y investissant 122 millions$. Le portefeuille d'actifs du Fonds compte actuellement 56 entreprises en Outaouais. On y retrouve, entre autres, le Nordik spa-nature de Chelsea, la Trappe à fromage, Pneus Lavoie et Macadamian. D'ici trois ans, le Fonds de solidarité compte investir 1,6 milliard$ au Québec. «Si l'Outaouais propose des projets qui offrent un bon rendement, nous serons présents et il n'y a aucun doute que nous allons augmenter nos investissements chez vous si la situation le commande», ajoute M. Morin.

Le président du Fonds de solidarité insiste sur l'importance que jouent les PME dans l'économie québécoise. «C'est un moteur de la croissance, dit-il. Les PME représentent 70% des nouveaux emplois créés au Québec.»

M. Morin admet que l'Outaouais a cependant un «déficit» en terme d'entrepreneuriat, comme d'autres régions du Québec. «Il faut que l'Outaouais regarde quelles sont ses forces, dit-il. La région doit profiter de son tissu économique. Elle est riche en ressources naturelles et elle a une très bonne base dans la haute technologie, ainsi que dans le secteur des services. Le tourisme est aussi un secteur sur lequel l'Outaouais peut s'appuyer pour développer son économie.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer