L'Afrique, terre d'opportunités, selon Goneau

Traore Ami Diallo, ambassadrice du Mali au Canada;... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Traore Ami Diallo, ambassadrice du Mali au Canada; Sylvie Goneau, conseillère municipale à Gatineau; et Amadou Adrien Kone, ambassadeur du Burkina Faso au Canada.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'avenir de plusieurs entreprises gatinoises pourraient bien être en Afrique, soutient la conseillère Sylvie Goneau. Si bien qu'elle a voulu attirer l'attention des gens d'affaires sur cette région du globe, samedi, durant le Salon des entreprises de Gatineau.

«Il y a des opportunités. Vous n'êtes peut-être pas au courant, mais l'Afrique est en développement, ces pays-là vous attendent et il y a un accueil pour vous», lance Mme Goneau.

L'élue du district de Bellevue a été charmée durant un voyage au Mali et au Burkina Faso avec la Fédération canadienne des municipalités. Elle souhaitait partager son expérience dans l'espoir de contribuer au développement de ces pays, mais également de voir des entreprises locales grandir grâce à ce marché.

«Tout, dans nos pays en développement, a son importance, soutient l'ambassadrice du Mali au Canada, Traore Ami Diallo. L'impact est direct sur notre société, c'est visible.»

Le directeur du service aux entreprises du Développement économique-CLD Gatineau, Jean Lepage, estime que les entreprises gatinoises peuvent trouver leur compte dans le développement d'infrastructures, entre autres. L'expertise de Brookfield dans le domaine de l'énergie, par exemple, peut être un atout important en Afrique, dit-il.

Plusieurs produits maliens et burkinabés peuvent également être importés ici. L'ambassadeur du Burkina Faso au Canada, Amadou Adrien Kone, explique toutefois que plusieurs producteurs, notamment des agriculteurs, bénéficieraient énormément du coaching d'entreprises d'ici.

Selon M. Kone, les produits sont bien souvent artisanaux. Malgré leur qualité, ils peuvent difficilement être exportés en raison de normes internationales pour les aliments, ajoute M. Lepage.

«Si on développe des liens avec des entrepreneurs exportateurs [chez nous], ça peut monter d'un cran, explique Amadou Adrien Kone. On augmenterait la production et ça permettrait d'embaucher plus de personnes, ça fait croître l'activité. C'est très important pour nous.»

Jpaquette@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer