Rat Rod Studios fait sa marque

L'entreprise Rat Rod Studios a vu le jour... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

L'entreprise Rat Rod Studios a vu le jour chez Patrick Toulouse, propriétaire et fondateur de la boîte.

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sans trop faire de bruit, une entreprise de Gatineau est en train de faire sa place parmi les leaders de l'industrie des jeux vidéo sur plateformes mobiles.

Dans la première semaine suivant son lancement, l'application Snowboard Party a atteint le top-5 des applications payantes les plus téléchargées aux États-Unis, toutes catégories confondues.

Or, ce jeu de planche à neige est en fait un produit d'ici. Le jeu a été développé par Rat Rod Studios, de ses bureaux du boulevard de la Carrière, à Gatineau.

Le propriétaire et fondateur de la boîte, Patrick Toulouse, a de quoi sourire par les temps qui courent, c'est le meilleur résultat obtenu par un de ses jeux. Ses jeux approchent des 55 millions de téléchargements. «Avant, notre record c'était un top-10 en 2011».

Cette aventure a commencé dans la résidence de M. Toulouse. Après environ cinq ans à faire du développement pour une entreprise d'Ottawa et des études en animation 3D au collège La Cité, il a eu envie de réaliser des projets plus près de ses intérêts. «Des fois, c'était des projets avec des Barbies, lance le développeur gatinois à la blague. Je travaillais à réaliser des jeux au niveau publicitaire, pour faire la promotion d'une nouvelle émission à HBO ou des films hollywoodiens.»

Cette expérience continue cependant de servir Patrick Toulouse dans son travail. L'une des raisons de son succès est le partenariat avec des entreprises en lien avec son jeu. Par exemple, pour son dernier jeu, il s'est associé à Element pour que ses modèles de planches à neige se retrouvent dans le jeu.

Selon le fondateur de Rat Rod Studios, il trouve de cette façon des partenaires dans la promotion du jeu, mais il augmente surtout le réalisme de l'expérience du joueur. Il peut également tirer quelques revenus supplémentaires de ces ententes.

«Une compagnie d'huile à moteur du Texas, par exemple, a son logo sur les bannières des pistes de course dans un de nos jeux», explique M. Toulouse.

Si le milieu des jeux pour mobiles - accessible en raison des faibles coûts de production - a été le pain et le beurre de Rat Rod Studios, son fondateur précise toutefois que son équipe et lui ne s'arrêteront pas là.

Ils travaillent actuellement sur des jeux pour la plateforme de jeu en ligne de XBox, mais surtout, font des tests, de la recherche et du développement pour la plateforme de réalité virtuelle Oculus Rift, achetée en mars par Facebook pour un montant qui dépasserait les 2 milliards$.

«C'est l'avenir», résume Patrick Toulouse.

Le développeur gatinois souhaite placer ses pions rapidement dans ce nouveau milieu, un peu comme il l'a fait en 2009 pour les jeux sur plateformes mobiles. Reste à voir si la technique lui sourira une seconde fois.

Jpaquette@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer