Un vélo paré pour l'hiver

Le copropriétaire de l'entreprise Moose Bicycle, Étienne Dupont,... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Le copropriétaire de l'entreprise Moose Bicycle, Étienne Dupont, jouit pleinement de l'hiver sur son vélo Fat Bike, le plus récent modèle que son entreprise souhaite commercialiser.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Ce n'est plus un secret. Le cyclisme gagne en popularité. La réalité canadienne rend toutefois la pratique de cette activité difficile durant la saison froide. Or, une entreprise gatinoise souhaite faire durer le plaisir, même en hiver.

L'entreprise Moose Bicycle a lancé une campagne de sociofinancement sur le site Kickstarter pour lancer son plus récent modèle: le Fat Bike. Ce type de vélo comprend des roues beaucoup plus larges et roule n'importe quelle surface, incluant bien sûr le sable et la neige.

Selon le cofondateur de l'entreprise, Étienne Dupont, la largeur des roues vient maximiser le contact avec le sol et améliore ainsi l'adhérence de la bicyclette. Le Fat Bike est donc le meilleur ami des cyclistes hivernaux, de plus en plus nombreux. «C'est le pneu qui fait la différence, mais en augmentant la taille du pneu de cette façon-là, c'est certain qu'il y a des modifications substantielles à faire au reste du vélo, explique M. Dupont. On a revu la géométrie, la taille, le triangle arrière, la fourche, etc.»

Sans mauvais jeu de mots, Étienne Dupont soutient que son entreprise ne «réinvente pas la roue» avec son Fat Bike, un type de vélo qui existe depuis quelques années déjà.

Un produit plus abordable

Le cofondateur de Moose Bicycle espère cependant faire sa place sur le marché en offrant un produit d'une assez bonne qualité à un prix plus accessible. Il s'agit en quelque sorte de la marque de commerce de l'entreprise gatinoise qui a lancé ses activités avec des vélos à pignon fixe. Le Fat Bike se vend au coût de 895$ pour ceux qui participeront à la campagne de sociofinancement.

«(On voulait) construire quelque chose d'attrayant pour [...] des mordus du plein air qui ont envie de se lancer là-dedans, mais qui ne veulent pas nécessairement mettre 2000$ sur un vélo pour s'apercevoir qu'ils n'aiment pas ça tant que ça.»

Comme les moyens de la jeune entreprise sont relativement limités, Moose Bicycle ne pouvait commander une grande quantité de son Fat Bike sans garantie de ventes. L'entreprise cherche à obtenir 25000$ d'ici le 1er janvier. Elle est en voie d'atteindre cet objectif: plus de 90% des sommes ont déjà été amassées.

Étienne Dupont espère conquérir le marché canadien qu'il considère un peu abandonné par ses compétiteurs américains. «Quand on a commencé avec nos (vélos à pignon) fixe, on était quand même une ou deux années en retard, mais avec celui-là, on est pas mal en même temps que la mode.»

Jpaquette@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer