Un Boxing Day avant les autres

Les magasins accueillaient les clients plus tôt qu'ailleurs... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Les magasins accueillaient les clients plus tôt qu'ailleurs en province, vendredi à Gatineau, pour le Boxing Day. Ça n'empêchait pas les gens de faire la file avant l'ouverture des portes.

Étienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

«Région distincte» dans une province où les commerces ne peuvent ouvrir leurs portes avant 13 h le jour du Boxing Day, l'Outaouais ouvrait ses portes aux affaires dès 8 h, hier. Les stationnements des centres commerciaux étaient pleins, malgré la possibilité pour les consommateurs de faire leurs achats en ligne et d'éviter les foules.

Plusieurs détaillants offraient déjà des prix spéciaux en ligne, à 24 heures du lancement du magasinage d'après-Noël.

Les Promenades Gatineau et les Galeries de Hull étaient ouvertes à 10 h. Au Future Shop, sur le chemin de la Savane, les clients ont pu entrer dès 8 h. «Il y avait une file d'environ 50 personnes ce matin», a mentionné le directeur du magasin, Steven Tchamdja, alors que des dizaines d'employés s'affairaient sur le plancher.

Pour que les commerces de détail puissent ouvrir après les heures légales d'ouverture durant certains jours fériés, il est nécessaire d'obtenir une dérogation du ministère de l'Économie, de l'Innovation et des Exportations (MEIE) à titre d'événement spécial.

Selon M. Tchamdja, cette dérogation permet d'éviter les débordements et les coups de coude entre clients. «C'est ouvert toute la journée. Les gens ont le temps de vaquer à leurs occupations, et magasiner lorsqu'ils ont le temps.»

Un sondage mené par la firme d'achat sur le Web Ebates, basée dans plusieurs pays, dont le Canada, démontre qu'environ 40% des Canadiens envisagent de magasiner lors du Boxing Day. Parmi eux, 69% croient s'acheter des vêtements et 63% se procureront des appareils électroniques.

La catégorie des produits de santé et de beauté s'accapare de 42% des intentions d'achat des répondants au sondage.

Dans les commerces spécialisés en électronique, le téléviseur «4K» a la cote, suivi de près par les plus récentes consoles et les jeux vidéo.

Dans le stationnement des Promenades Gatineau, un consommateur, Michel Vézina, dit être prudent avec les rabais offerts à grands coups de publicité. «Si ce n'est pas pour acheter de l'équipement qui vaut plusieurs centaines de dollars et profiter d'un rabais qui en vaut la peine, je m'abstiens. Je ne suis pas ici pour acheter une tuque à 15$ avec 3$ de rabais!»

Selon un sondage du Groupe Altus commandé par le Conseil québécois du détail, seulement 12% des Québécois prévoyaient réaliser un achat, hier.

Cette même étude démontre que les Canadiens hors du Québec sont quatre fois plus nombreux à profiter des rabais d'après-Noël.

Même si les achats en ligne gagnent en popularité, le magasinage du lendemain de Noël demeure l'un des plus achalandés de l'année d'après la directrice d'Ebates, Adrienne Down Coulson, et le directeur du magasin Future Shop de Gatineau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer