La fin de l'édition Atlantique du Globe ne nuira pas à Transcontinental

La fin de l'édition papier du Globe and Mail dans le Canada atlantique... (Photo Anne Gauthier, Archives La Presse)

Agrandir

Photo Anne Gauthier, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julien Arsenault
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

La fin de l'édition papier du Globe and Mail dans le Canada atlantique à compter du 30 novembre ne devrait pas peser sur les activités de TC Transcontinental, l'imprimeur du quotidien torontois.

Selon le président et chef de la direction de l'entreprise québécoise, François Olivier, l'usine des Maritimes affectée à cette tâche n'a rien à craindre à court et moyen terme.

«Cet endroit imprimait principalement des circulaires pour les détaillants de l'Atlantique», a-t-il expliqué, jeudi, au cours d'une conférence téléphonique visant à discuter des résultats du troisième trimestre, au cours duquel Transcontinental a dépassé les attentes.

Après avoir cessé la distribution de ses journaux à Terre-Neuve il y a cinq ans, le «Globe and Mail» a décidé de mettre fin à son édition papier dans le Canada atlantique alors que les lecteurs changent de plus en plus leurs habitudes et boudent le journal papier pour se tourner vers le numérique.

«Il va y avoir un léger impact, mais rien de significatif pour notre bénéfice d'exploitation», a souligné M. Olivier aux analystes, sans toutefois aller jusqu'à chiffrer cet impact.

Transcontinental imprime déjà de nombreux quotidiens au pays, comme La Presse - qui mettra fin à son édition papier du samedi à compter de janvier - The Gazette, le Calgary Herald et le Toronto Star.

L'imprimeur et éditeur a par ailleurs vu son action bondir de 6,09 %, ou 1,49 $, pour clôturer à 25,96 $ sur le parquet de la Bourse de Toronto après avoir affiché une croissance de ses profits et revenus.

Pour le trimestre clos le 30 juillet, l'entreprise a engrangé un bénéfice net de 49 millions, ou 64 cents par action, en hausse de 6,8 % comparativement à 45,9 millions, ou 59 cents par action, à la même période il y a un an.

Stimulés notamment par les acquisitions dans le secteur de l'emballage, les revenus sont passés de 467,8 millions à 477,7 millions.

«La division de l'impression a connu un solide trimestre grâce à la demande accrue des détaillants canadiens pour notre offre de services, notamment pour la circulaire imprimée», a expliqué M. Olivier.

Abstraction faite des éléments non récurrents, la société a affiché un bénéfice ajusté de 50,1 millions, ou 65 cents par action, en hausse de 13,6 % sur un an.

Cette performance trimestrielle a surpassé les attentes des analystes, qui, en moyenne, anticipaient un profit ajusté par action de 57 cents sur un chiffre d'affaires de 459 millions.

«Les résultats ont été meilleurs que prévu, notamment grâce à la forte croissance interne des revenus dans les secteurs de l'impression et de l'emballage», a souligné l'analyste Drew McReynolds, de RBC Marchés des capitaux, dans une note.

Dans cette division, le chiffre d'affaires a été de 430,3 millions, par rapport à 403,7 millions lors du troisième trimestre l'an dernier. La croissance interne des recettes a été de 2,9 millions, alors que les acquisitions ont représenté 18,7 millions de cette progression.

Par ailleurs, M. Olivier a qualifié de «vigoureux» le processus de vente des journaux régionaux du Québec et de l'Ontario, ajoutant que les discussions se poursuivaient avec des acquéreurs potentiels dans plusieurs régions.

Jusqu'à maintenant, TC Media a vendu 19 des 93 publications mises en vente en avril.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer