«Le comble du ridicule», dit MacKinnon

Le député libéral fédéral de Gatineau, Steven MacKinnon... (Etienne Ranger, Archives Le Droit)

Agrandir

Le député libéral fédéral de Gatineau, Steven MacKinnon

Etienne Ranger, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le député de Gatineau, Steven MacKinnon, également vice-président du Groupe interparlementaire Canada-États-Unis et Secrétaire parlementaire de la ministre des Services Publics et de l'Approvisionnement, qualifie la plus récente plainte américaine contre les Produits Résolu de « comble du ridicule » et de démarche « sans fondement ».

C'est qu'une troisième compagnie américaine vient de déposer une plainte contre l'entreprise canadienne Produits forestiers Résolu pour concurrence déloyale.  

La North Pacific Paper Corporation (NORPAC), de Longview dans l'état de Washington, sur la côte ouest américaine, estime que six usines de Résolu, dont celle de Gatineau, jouissent d'un bouquet de 65 subventions gouvernementales diverses ; elle inclut dans son raisonnement les allégements fiscaux, les prêts subventionnés, les divers rabais accordés au Canada aux matières premières et même les tarifs d'électricité plus économiques. Il y a deux ans, deux autres entreprises américaines avaient porté plainte au gouvernement fédéral américain contre les usines de Résolu de Dolbeau et de Kénogami. Ces deux dernières sont, depuis, frappées d'une taxe punitive de 18 % sur leurs exportations aux États-Unis.

« Intérêts particuliers »

Le député fédéral libéral Steven MacKinnon s'insurge contre cette dernière manoeuvre : 

«Les gens essaient d'en profiter pour faire avancer leurs intérêts particuliers, mais comme d'habitude, je crois que cette plainte-ci est sans fondement, comme les autres qui ont précédé. C'est le comble du ridicule. Le moulin, ici à Gatineau, est très très compétitif, a des clients à travers le monde, exporte aux États-Unis (...) Nous pensons qu'ultimement, on aura gain de cause (...) C'est définitivement un irritant.»

Le temps que l'enquête américaine suive son cours et statue sur le bien-fondé de cette plainte pourrait quand même permettre au producteur de papier journal de la rue Main à Gatineau de respirer pour encore presque un an.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer