Les données personnelles des Canadiens sont en jeu

L'association pour la protection de la vie privée... (La Presse Canadienne)

Agrandir

L'association pour la protection de la vie privée de la Colombie-Britannique exhorte la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, à veiller à ce que la législation en vigueur ne soit pas compromise par la renégociation de l'ALÉNA.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Les informations personnelles des Canadiens seront mises sur la table, tout comme les pièces automobiles et les normes du travail, lorsque la renégociation de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) débutera ce mois-ci.

Les États-Unis ont indiqué qu'ils voulaient mettre fin aux mesures qui restreignent le partage transfrontalier des données, ou qui nécessitent l'utilisation ou l'installation de centres locaux de données.

Ces éléments font partie des nombreux objectifs américains en vue de la renégociation de l'ALÉNA, dévoilés par le bureau du représentant américain au Commerce.

Les défenseurs de la protection de la vie privée répondent que la capacité du Canada à protéger les informations sensibles - telles que les données sur la santé - des regards indiscrets des agences d'espionnage étrangères serait réduite si ces informations n'étaient plus sauvegardées sur des serveurs informatiques situés en sol canadien.

La proposition américaine est contraire aux lois sur la protection de la vie privée du secteur public en Colombie-Britannique et en Nouvelle-Écosse, qui exigent que les données soient stockées sur des serveurs situés au Canada.

L'association pour la protection de la vie privée de la Colombie-Britannique exhorte la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, à veiller à ce que la législation en vigueur ne soit pas compromise par la renégociation de l'ALÉNA.

Rona Ambrose conseillera les libéraux

Le gouvernement Trudeau a recruté l'ancienne chef par intérim du Parti conservateur, Rona Ambrose, pour le conseiller sur la renégociation imminente de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA).

Rona Ambrose... (La Presse Canadienne) - image 3.0

Agrandir

Rona Ambrose

La Presse Canadienne

Mme Ambrose est l'une des 13 membres du Conseil de l'ALÉNA, dont la création a été annoncée mercredi par la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland.

Elle a pris sa retraite de la scène politique en mai.

Parmi les autres membres du Conseil se trouvent notamment James Moore, un ancien ministre du gouvernement conservateur précédent, et Brian Topp, un ancien stratège du Nouveau Parti démocratique et ancien chef de cabinet de la première ministre néo-démocrate de l'Alberta, Rachel Notley.

La composition du Conseil veut montrer un front uni et non partisan pour l'équipe canadienne à l'approche des négociations, qui devraient débuter le 16 août.

Le groupe comprend aussi des représentants de diverses entités qui seront directement touchées par les négociations, notamment le président du Congrès du travail du Canada, Hassan Yussuff ; la chef de la direction du fabricant de pièces d'automobiles Linamar, Linda Hasenfratz ; et le président de l'Union des producteurs agricoles du Québec, Marcel Groleau.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer