«C'est extrêmement important pour nous»

Justin Trudeau... (photo adrian wyld, archives la presse canadienne)

Agrandir

Justin Trudeau

photo adrian wyld, archives la presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nelson Sergerie
La Presse Canadienne

(Québec) Le premier ministre Justin Trudeau assure qu'il continuera de défendre le principe de la gestion de l'offre, alors que le président Donald Trump entend favoriser les exportations agricoles américaines dans la renégociation du traité de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) entre le Canada, les États-Unis et le Mexique.

«C'est extrêmement important pour nous, pour les consommateurs canadiens, pour l'industrie laitière et l'industrie agricole à travers le pays. C'est un système qui fonctionne très bien», a dit M. Trudeau lors d'un point de presse, mardi, à Percé dans le cadre d'une tournée en Gaspésie.

Il a souligné que d'autres accords commerciaux semblables, notamment avec l'Europe, contiennent des clauses qui protègent l'industrie agricole de chacune des juridictions.

«On a signé de gros accords de libre-échange tout en protégeant la gestion de l'offre et on va continuer de le faire», a-t-il renchéri.

«On va continuer de défendre la gestion de l'offre tout en s'engageant pour défendre les intérêts des Canadiens et les opportunités que l'amélioration de l'ALENA va nous amener», a confirmé le premier ministre un peu plus tard mardi, à Mont-Joli.

Assurance-emploi

La Gaspésie doit composer avec un taux de chômage élevé, particulièrement durant la saison hivernale alors que le secteur des pêches est inactif et que le tourisme tourne au ralenti. La question de la réforme de l'assurance-emploi y est donc un enjeu important.

Questionné pour savoir s'il y aura d'autres ajustements au régime, le premier ministre a dit qu'il demeurait à l'écoute de la population.

«Je comprends la préoccupation du trou noir et les défis du travail saisonnier. À ce niveau-là, on est en train de regarder comment on peut mieux servir les gens qui ont besoin d'un appui dans leur travail», a dit M. Trudeau.

«Il y a déjà eu des modifications dès notre arrivée au pouvoir. On a aboli la réforme qui avait été mise en place par l'ancien gouvernement», a ajouté la ministre du Revenu national et députée de Gaspésie-Les Îles-de-la-Madeleine, Diane Lebouthillier, qui accompagnait Justin Trudeau.

Elle a précisé que le nombre d'heures pour se qualifier au régime avait été revu et le délai de carence réduit de deux à une semaine.

Le premier ministre était de passage en Gaspésie, mardi. Il s'est d'abord rendu au parc national Forillon, où il a rencontré brièvement les maires de Gaspé et de Sainte-Anne-des-Monts. Il a marché sur la plage de Cap-des-Rosiers avec sa femme et leurs trois enfants.

Après son point de presse à Percé en milieu d'après-midi, il s'est livré à une marche en plein centre-ville achalandé par les touristes, où il s'est laissé prendre en photo avec des citoyens.

Après Percé, Justin Trudeau s'est rendu en fin d'après-midi à Mont-Joli et Rimouski, dans le Bas-Saint-Laurent, où il devait notamment participer à un pique-nique communautaire au phare historique de la Pointe-au-Père.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer