Banque du Canada: vers une hausse du taux directeur

La Banque du Canada devrait hausser mercredi son... (Archives, AFP)

Agrandir

La Banque du Canada devrait hausser mercredi son taux d'intérêt directeur pour la première fois en près de sept ans, dans un contexte où l'économie donne des signes de reprise plus de deux ans après le plongeon des prix du pétrole brut.

Archives, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Craig Wong
La Presse Canadienne

La Banque du Canada devrait hausser mercredi son taux d'intérêt directeur pour la première fois en près de sept ans, dans un contexte où l'économie donne des signes de reprise plus de deux ans après le plongeon des prix du pétrole brut.

La faiblesse des taux d'intérêt a alimenté le marché immobilier ces dernières années, encourageant les Canadiens à contracter un niveau record de dettes - ce que la banque centrale a identifié comme un risque significatif pour l'économie.

Les taux des nouvelles hypothèques à taux fixe ont déjà commencé à grimper dans l'attente de la décision de la banque centrale. Toute hausse de la Banque du Canada devrait convaincre les grandes banques du pays de hausser leurs taux préférentiels, ce qui fera grimper le coût de l'emprunt pour les hypothèques à taux variables et les marges de crédit hypothécaires.

Selon James Laird, cofondateur du site internet de comparaison de taux d'intérêt RateHub, le choix des mots de la Banque du Canada dans ses déclarations de mercredi sera primordial pour prédire ses prochaines décisions sur les taux.

« Tout commentaire additionnel (de la banque centrale) quant à des hausses futures sera le réel déclencheur pour de nouvelles augmentations des taux fixes, plutôt que le changement de taux en tant que tel », a estimé M. Laird.

L'augmentation potentielle du coût de l'emprunt survient alors que le marché du logement, un catalyseur économique central ces dernières années, s'adapte à des changements de politiques imposés par les gouvernements pour calmer les secteurs en surchauffe de Vancouver et de Toronto.

Les ventes et les prix des maisons ont reculé à Toronto dans la foulée des nouvelles règles mises en place par le gouvernement de l'Ontario - notamment une taxe destinée aux acheteurs étrangers. Les ventes à Vancouver, où des modifications similaires ont été introduites l'été dernier, ont aussi ralenti dans les mois qui ont suivi, mais certains signes laissent maintenant croire que le marché pourrait rebondir.

Les données économiques canadiennes sont généralement solides cette année. Celles sur les mises en chantier d'habitations pour le mois de juin, dévoilées mercredi par la Société canadienne d'hypothèques et de logement, ont soutenu cette tendance.

Selon l'économiste en chef adjoint de la Banque Scotia, Brett House, l'écart entre la production économique et son potentiel rétrécit rapidement, et il s'attend à ce que la banque centrale agisse dès maintenant pour garder le contrôle sur l'inflation.

« Nous croyons que c'est le début d'un cycle haussier graduel pour la Banque du Canada », a affirmé M. House.

La Banque du Canada a réduit son taux directeur à deux reprises en 2015, pour le porter à 0,5 pour cent, dans l'espoir de contrebalancer l'impact du plongeon des prix du pétrole sur l'économie dans son ensemble. Le gouverneur de la banque centrale, Stephen Poloz a affirmé ces dernières semaines que ces mesures semblaient avoir fait leur travail.

Même si l'inflation reste bien en deçà de la cible de deux pour cent de la banque centrale, M. Poloz a rappelé récemment, dans un entretien avec un journal allemand, qu'il y avait toujours un décalage assez important entre le moment où l'économie se rapprochait de son plein potentiel et le moment où cela faisait grimper l'inflation. Conséquemment, si la banque centrale ne faisait que surveiller l'inflation et y réagir, elle n'aurait jamais atteint sa cible à ce sujet et aurait toujours un retard de deux ans dans ses décisions.

La Banque du Canada doit plutôt se fier à d'autres indicateurs dans les modèles qui prédisent l'inflation.

Même si la plupart des analystes s'attendent à une hausse d'un quart de point de pourcentage mercredi - la première hausse depuis que la banque a fait passer son taux directeur de 0,75 pour cent à 1,00 pour cent en septembre 2010 - les prévisions ne sont pas unanimes.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer