Le p.-d.g. d'Uber poussé vers la sortie

Accusé d'avoir encouragé des pratiques managériales douteuses et... (Archives, AFP)

Agrandir

Accusé d'avoir encouragé des pratiques managériales douteuses et brutales, sur fond de sexisme et de harcèlement au travail, lTravis Kalanick a annoncé son départ mercredi.

Archives, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Travis Kalanick, le combatif PDG d'Uber, a démissionné, subissant la pression des investisseurs à un moment charnière pour la compagnie.

Le conseil d'administration de l'entreprise a confirmé cette décision tôt mercredi, affirmant par communiqué que M. Kalanick prendrait ce temps pour faire le deuil de sa mère, morte dans un accident de bateau, «tout en donnant à la compagnie la latitude nécessaire pour se lancer pleinement dans ce nouveau chapitre dans l'histoire d'Uber». Il demeurera cependant membre du conseil d'administration d'Uber Technologies.

Le cofondateur de la compagnie de covoiturage a indiqué par communiqué que sa démission aiderait Uber à continuer d'innover plutôt que d'»être distrait par une autre bataille», référence probable aux efforts du conseil d'administration pour l'évincer.

La démission survient après une série d'erreurs coûteuses ayant terni la réputation d'Uber, incluant des révélations au sujet de harcèlement sexuel dans les bureaux de l'entreprise, des allégations de vols de secrets commerciaux et une enquête fédérale sur ses tentatives de déjouer les gouvernements locaux.

Uber a affiché une perte de 708 millions $ au premier trimestre, l'entreprise ayant été incapable de transformer ses 3,4 milliards $ de revenus en profit.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer