Walmart propose de livrer à domicile

Le programme est actuellement en expérimentation dans deux... (PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le programme est actuellement en expérimentation dans deux États américains: l'Arkansas et le New Jersey.

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

L'enseigne Walmart, en pleine offensive pour faire son retard sur Amazon dans le commerce en ligne, propose à ses employés américains de gagner plus en livrant après leur travail des achats effectués par des clients sur internet.

«Non seulement ceci va réduire les coûts de livraison mais ça va aussi permettre de faire parvenir plus rapidement et plus efficacement des colis à leur destination finale», explique Marc Lore, le patron des opérations de commerce en ligne de Walmart dans un blogue.

Le salaire minimum est de 10 dollars de l'heure depuis février 2016 chez Walmart, premier employeur privé aux États-Unis avec environ 1,4 million de salariés.

Concrètement, les employés sont libres de prendre part à ce programme «volontaire» qui équivaut à des heures supplémentaires. Une fois qu'ils y sont inscrits, ils peuvent livrer les colis commandés en ligne et devant être livrés sur le chemin de retour vers leur domicile, affirme Walmart.

«Les employés choisissent le nombre de paquets qu'ils peuvent livrer, la taille, le poids et les jours où ils peuvent effectuer ces livraisons après le travail. Tout est de leur ressort. Ils peuvent modifier les critères à tout moment», explique Marc Lore.

En contrepartie, ils seront payés en plus mais l'enseigne ne donne pas le montant de cette rémunération ni les détails sur sa définition. Sera-t-elle fonction de la distance, de l'heure, de la quantité et du poids des paquets ?

Ce programme est en expérimentation dans deux États depuis un mois: l'Arkansas, où se trouve le siège de l'enseigne, et le New Jersey tout près de New York. Pour l'instant, le groupe n'a pas indiqué s'il comptait l'étendre sur l'ensemble du territoire américain ou à d'autres États.

Ce programme de livraison volontaire est testé au moment où Walmart a mis les bouchées doubles pour accroître sa part de marché dans le commerce en ligne aux États-Unis, en achetant coup sur coup la plateforme de discount Jet.com pour 3,3 milliards de dollars, les startups Shoebuy.com (70 millions de dollars), ModCloth (45 millions) et le site d'équipements de plein air MooseJaw (51 millions).

L'enseigne n'en est pas non plus à sa première formule de livraison atypique. En 2013, le groupe avait essayé un programme proposant à des clients de livrer à d'autres clients des achats commandés en ligne en échange de bons de réductions.

Walmart a également signé un partenariat avec les services de réservation de véhicules avec chauffeur Uber et Lyft pour des livraisons de courses à Phoenix, Denver et Miami Walmart.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer