Plus de 300 millions $ d'investissements à venir à l'hippodrome Rideau-Carleton

Jim Allen, président de Hard Rock International, Hard... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

Jim Allen, président de Hard Rock International, Hard Rock Casino Ottawa et partenaire de Rideau-Carleton Raceway

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les opérations de l'hippodrome Rideau-Carleton ont été confiées à la multinationale Hard Rock International (HRI) qui prévoit investir jusqu'à 320 millions $ dans le centre de divertissement et de jeux de hasard de la capitale fédérale, a annoncé la Société des loteries et des jeux de l'Ontario (OLG) lundi. Il faudra désormais parler du Hard Rock Casino Ottawa.

La multinationale, qui opère notamment la chaîne de restaurants Hard Rock Café et possède des établissements dans 75 pays du globe, devrait être en charge des opérations quotidiennes de l'hippodrome à compter de l'automne prochain. D'ici là, une importante transition s'enclenche et le processus de construction sera réparti en plusieurs phases. 

Si tout se passe comme prévu, la première partie de la transformation de l'établissement situé sur le chemin Albion, qui continuera à présenter des courses de chevaux, devrait être achevée à la fin de l'année 2017 ou au cours de l'année 2018. Des rénovations d'envergure sont envisagées, y compris le réaménagement des salles de jeu et la modernisation de l'aire d'entrée du casino, de l'affichage, de l'hippodrome et des estrades.

La seconde phase de redéveloppement projetée par HRI consistera à la construction d'un hôtel Hard Rock comprenant de 200 à 250 chambres ainsi que d'une salle de spectacles, d'un café et d'un bar central, en plus d'une boutique Rock Shop où les passionnés de musique pourront acheter de la marchandise emblématique de la marque. L'ajout de nouvelles machines à sous et de tables de jeu permettra de faire passer l'espace dédié au jeu à 13 000 mètres carrés. Ces projets verront le jour dans un horizon de cinq ans. 

Il s'agira d'un retour en force dans la capitale pour Hard Rock, qui a opéré dans le passé deux restaurants à Ottawa, l'un dans l'amphithéâtre des Sénateurs et l'autre au coeur du marché By. Ils ont fermé leurs portes respectivement en 2002 et 2013. 

Le nouveau consortium, détenu à 51 % par HRI, deviendra « responsable des activités de jeu courantes », a expliqué OLG dans un communiqué de presse. La société publique ontarienne continuera toutefois « d'exploiter le jeu dans le regroupement », « d'exiger la conformité aux règlements applicables établis par la Commission des alcools et des jeux de l'Ontario », « d'être propriétaire des informations clés sur les joueurs », « d'appliquer les normes de son programme Jeu responsable par l'entremise du fournisseur de services, notamment le programme d'autoexclusion » et « de distribuer à la municipalité d'accueil les paiements prévus à la convention de redevances aux municipalités ».

OLG et Hard Rock Casino Ottawa en sont également venus à une entente pour le maintien des emplois actuels à l'hippodrome Rideau-Carleton. La multinationale devra garder les employés d'OLG dans leur poste actuel et à leur lieu de travail actuel pendant un minimum de 12 mois, en plus d'offrir des avantages sociaux et un régime de pension agréé aux travailleurs.

Par voie de communiqué, le président de Hard Rock International, Jim Allen, indique que les investissements prévus de 320 millions $ serviront à « créer une destination de divertissement électrisante et intégrée qui pourrait engendrer la création de plus de 1 900 emplois dans le secteur de la construction et 2 000 emplois permanents directs et indirects ». 

L'entreprise prévoit aussi y intégrer « des activités nocturnes exaltantes, du jeu de classe mondiale, des mets décadents et le coeur de la marque Hard Rock, de la musique ».  

Ouvert depuis 21 ans à une trentaine de kilomètres de là, le Casino du Lac-Leamy a refusé d'accorder des entrevues pour commenter la venue d'un tel compétiteur de l'autre côté de la rivière des Outaouais. La direction de l'établissement s'est contentée de rappeler qu'elle avait récemment complété des travaux de modernisation de plus de 50 millions $ et qu'une moyenne de 2,7 millions de visites est enregistrée par an. 

« La concurrence est une réalité de l'industrie du jeu et le Casino du Lac-Leamy ne fait pas exception. Toute concurrence, actuelle ou nouvelle, est saine est nous oblige à continuellement innover et à s'améliorer. C'est d'ailleurs ce que nous faisons depuis plusieurs années et ce que nous continuerons à faire. Le Casino a une offre complète qui comprend le jeu, la restauration (dont le Baccara coté Cinq Diamants), un théâtre offrant une multitude de spectacles, un hôtel de renommée internationale et son centre de congrès », peut-on lire dans une brève déclaration transmise aux médias.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer