La CSD perdra son président

Le président national de la CSD, François Vaudreuil,... (Michel Tremblay, archives Le Progrès-Dimanche)

Agrandir

Le président national de la CSD, François Vaudreuil, prévoit le retour au travail de l'ensemble des travailleurs des concessionnaires automobiles dans un horizon de quelques semaines.

Michel Tremblay, archives Le Progrès-Dimanche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Vingt ans à présider une centrale syndicale et 43 ans à y occuper des postes de vice-président, président de syndicat et autres. François Vaudreuil ne sollicitera pas de nouveau mandat à la présidence de la CSD - la plus petite des quatre centrales québécoises.

La Centrale des syndicats démocratiques est née d'une amère scission à la CSN, en 1972, qui a laissé cicatrices et rancune pendant plusieurs années. Longtemps snobée par certains, la CSD a défendu sa propre vision du syndicalisme et s'est fait respecter.

Au cours d'une longue entrevue avec La Presse canadienne, François Vaudreuil a fait le point sur ses 43 années passées à la CSD, sur l'influence des syndicats au Québec et sur le genre de syndicalisme qu'il veut pratiquer.

«Comme dirigeant, j'ai passé ma vie, avec mes autres collègues du bureau syndical, à faire en sorte que cette centrale-là ne soit pas contrôlée par un appareil qui est un 'mix' de permanents ou d'élus, de regroupements régionaux ou sectoriels. La centrale appartient à ses membres; elle n'appartient pas à un appareil. J'ai lutté toute ma vie contre une 'syndicratie'», lance-t-il.

À plusieurs moments durant l'entrevue de près de deux heures, il plaidera pour la démocratisation de l'action syndicale. «On n'est pas là pour faire vivre des structures; les structures sont là au service du monde.»

Charest mieux que Couillard

Au plan politique, M. Vaudreuil se dit déçu du gouvernement Couillard «qui préfère discuter uniquement avec les représentants des associations patronales» et ne consulte pas vraiment les syndicats, selon lui.

Il juge que l'ancien premier ministre libéral Jean Charest comprenait mieux l'importance des syndicats dans la société québécoise. Sous sa gouverne avait été instituée la Commission des partenaires économiques, qui réunissait patrons et syndicats, pour se pencher sur de grandes orientations, sur l'avenir du secteur manufacturier, par exemple.

Et lors de la crise de 2008, des comités de veille avaient été formés sur la main-d'oeuvre, les finances, l'économie. «Jean Charest venait s'asseoir avec nous autres pendant une heure et demie, deux heures. Il enlevait son veston, remontait ses manches, prenait son 'pad' de notes et il prenait lui-même ses notes», relate M. Vaudreuil.

Il y voit une illustration de ce en quoi il croit profondément et qui lui manque tant: «le dialogue social», un dialogue qui permet de discuter collectivement des grandes orientations, des grands enjeux tels que la formation, l'intégration, la politique industrielle, le développement économique, la redistribution de la richesse.

Mais les syndicats ont déjà trop de pouvoir au Québec, martèle-t-on à droite.

«Non. Les syndicats sont représentatifs des travailleuses et des travailleurs. La place qu'ils occupent dans la société, pour moi, n'est pas assez grande. C'est pour ça qu'on insiste sur le dialogue social. L'influence des syndicats par rapport au gouvernement... on est en déficit», tranche M. Vaudreuil.

Et après?

Que sera sa vie après la CSD? Pas question de politique pour François Vaudreuil! Mais il se dit prêt à faire profiter à d'autres de son expérience de 43 ans de syndicalisme - si on le lui demande.

«Je n'ai plus d'énergie pour faire 275 à 300 jours-année avec tout ce que ça commande. Mais je demeure disponible pour servir des causes qui ne sont pas en contradiction avec mes principes, mes valeurs. Alors vous avez compris que je n'irai jamais dans un parti politique», laisse-t-il tomber en souriant.

La Centrale des syndicats démocratiques tiendra son congrès du 14 au 17 juin et, le 17, François Vaudreuil tirera officiellement sa révérence. La CSD compte quelque 70 000 membres dans l'ensemble du Québec.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer