Taxes sur le bois d'oeuvre: Résolu anticipe de la volatilité à court terme

Le grand patron de Résolu, Richard Garneau... (Archives, La Presse)

Agrandir

Le grand patron de Résolu, Richard Garneau

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julien Arseneault
La Presse Canadienne
Montréal

Malgré la progression des mises en chantier aux États-Unis, Produits forestiers Résolu s'attend à ce que la décision de l'administration Trump de taxer les exportations canadiennes de bois d'oeuvre soit synonyme de volatilité.

En dévoilant ses résultats du premier trimestre, jeudi, la compagnie forestière québécoise a toutefois dit s'attendre à ce que cette volatilité soit à «court terme».

Les droits compensatoires annoncés la semaine dernière par le département américain du Commerce sur les exportations canadiennes de bois d'oeuvre oscillent entre 3,02 et 24,12 pour cent.

Un taux de 12,82 pour cent a été imposé à Résolu (TSX:RFP), qui n'a pas à effectuer de paiement rétroactif, tout comme West Fraser, Canfor et Tolko, établis en Colombie-Britannique.

Une décision sur les droits antidumping est également attendue le 23 juin de la part des autorités américaines.

Pour le trimestre clos le 31 mars, Résolu a affiché une perte nette de 47 millions $, ou 52 cents US par action, par rapport à 8 millions $ US, ou neuf cents US par action, il y a un an.

Son président et chef de la direction, Richard Garneau, a expliqué que les secteurs des papiers avaient «encore une fois fait face à des marchés difficiles», mais que le portrait était meilleur du côté des activités de pâte commerciale, des papiers tissus et des produits du bois.

«Ces réussites ont été masquées par l'imposition de droits compensateurs sur les exportations de notre bois d'?uvre résineux du Canada vers les États-Unis», a-t-il fait valoir.

De leur côté, les revenus ont été de 872 millions $ US, en baisse d'un pour cent.

Abstraction faite des éléments non récurrents, Résolu a enregistré une perte nette de 30 millions $ US, ou 33 cents US par action, par rapport à une perte nette de 22 millions $ US, ou 25 cents US par action, lors du premier trimestre l'an dernier.

Les analystes sondés par Thomson Reuters tablaient sur un profit ajusté par action de huit cents US.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer