Bois d'oeuvre: la ministre Freeland sera ferme

La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland... (Archives, La Presse canadienne)

Agrandir

La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland

Archives, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

La ministre des Affaires étrangères réplique à la rhétorique «anti-commerce canadien» récemment employée par le président Donald Trump, disant qu'elle se battra «farouchement» pour les intérêts économiques du Canada face aux États-Unis.

Chrystia Freeland se dit persuadée qu'une nouvelle entente sur le bois d'oeuvre, avantageuse pour les deux pays, peut être conclue.

La ministre dit avoir eu des discussions récemment avec le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross. Des progrès ont été faits, mais rien ne laisse croire pour le moment qu'un accord est sur le point d'être conclu, a-t-elle précisé.

Donald Trump a critiqué les politiques canadiennes en matière de bois d'oeuvre et de produits laitiers, affirmant qu'elles nuisent aux producteurs américains.

Wilbur Ross estime que les produits laitiers et le bois d'oeuvre sont des irritants, car ils ne sont pas bien encadrés par l'Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA), que le président Trump entend renégocier.

Le premier ministre Justin Trudeau s'est entretenu au téléphone avec Donald Trump, mardi. Au cours de l'appel, M. Trudeau dit avoir réfuté des allégations qu'il juge «sans fondement» au sujet du bois d'oeuvre et a qualifié d'injuste l'imposition de droits compensatoires par les États-Unis.

«C'est bien de traiter les autres avec respect», a déclaré la ministre fédérale en entrevue depuis Berlin, où elle participe à une rencontre du G20.

«Cela dit, je veux assurer à tous les Canadiens que je suis absolument ferme et dure», a-t-elle ajouté.

Les États-Unis dépendent du bois d'oeuvre canadien, puisque l'industrie américaine ne peut répondre à la demande locale, avance Mme Freeland.

«Les prix du bois d'oeuvre sont élevés en ce moment et la vérité, c'est que les États-Unis ont besoin de notre ressource, a-t-elle dit. Les Américains qui veulent acheter une maison ont besoin du bois d'oeuvre canadien pour le faire.»




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer