ALÉNA: Brian Mulroney conseille les libéraux

Brian Mulroney a été invité à Ottawa jeudi... (Archives, La Presse canadienne)

Agrandir

Brian Mulroney a été invité à Ottawa jeudi pour rencontrer la douzaine de ministres qui sont membres du Comité du cabinet sur les relations canado-américaines.

Archives, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Le gouvernement libéral de Justin Trudeau fait appel à un vieux routier des relations canado-américaines, Brian Mulroney, pour le conseiller à l'aube de négociations délicates pour revoir l'Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA).

L'ex-premier ministre progressiste-conservateur était au pouvoir lorsque l'Accord de libre-échange canado-américain puis son pendant nord-américain ont été négociés et ratifiés, à la fin des années 1980 et au début des années 1990. M. Mulroney, qui conseille déjà le premier ministre Trudeau sur les relations bilatérales avec Washington, a été invité à Ottawa jeudi pour rencontrer la douzaine de ministres qui sont membres du Comité du cabinet sur les relations canado-américaines.

Le ministre du Commerce international, François-Philippe Champagne, a expliqué mercredi qu'à l'aube de la renégociation de l'ALÉNA, il est important de mettre à profit toutes les ressources disponibles au pays afin de renforcer les liens entre le Canada et les États-Unis.

Selon des sources au sein du gouvernement fédéral, M. Mulroney a déjà prodigué ses conseils, servi d'« entremetteur » politique et diplomatique, et amorcé les rapports avec le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross - l'interlocuteur clé dans les futures négociations sur l'ALÉNA.

M. Mulroney possède une maison à Palm Beach, en Floride, et il habite tout près de M. Ross et du président Donald Trump, des hommes influents qu'il connaît depuis des années.

Le ministre Champagne explique que le gouvernement canadien doit solliciter les avis d'une vaste étendue de sources, dont celui de premiers ministres et de gens d'affaires, et rappelle que M. Mulroney a eu à négocier avec d'autres administrations américaines, qu'il était premier ministre pendant les négociations de l'ALÉNA, et qu'il connaît le président Trump.

« Alors, pour nous, d'avoir cette perspective-là, c'est la chose intelligente à faire, c'est vraiment d'aller chercher l'expérience », a soutenu le ministre Champagne juste avant la réunion hebdomadaire du cabinet, à Ottawa.

Le premier ministre Trudeau, qui a des engagements à New York jeudi, ne participera pas à cette rencontre avec un de ses prédécesseurs, mais les deux hommes ont déjà discuté de relations canado-américaines au cours des derniers mois.

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, met en doute le choix de l'ex-premier ministre pour conseiller le gouvernement dans le dossier de l'ALÉNA. « Si c'est l'ancien premier ministre (Mulroney) qui a mis en place l'ALÉNA, il va mettre quoi comme position sur la table ? Il est prêt à changer quoi ? », a-t-il lancé mercredi. « M. Trump a dit qu'il voulait des changements à l'ALÉNA, mais c'est quoi la position de M. Trudeau pour donner des instructions à Brian Mulroney ? C'est ça qui manque ici dans l'histoire. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer