Dieselgate: perquisitions chez Audi en Allemagne

Un enquêteur participant à une perquisition se prépare... (photo : AP)

Agrandir

Un enquêteur participant à une perquisition se prépare à apporter des boîtes de carton à l'intérieur du siège soclal d'Audi, mercredi à Ingolstadt, dans le sud de l'Allemagne.

photo : AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
FRANCFORT, Allemagne

La justice allemande a annoncé avoir perquisitionné mercredi plusieurs locaux du constructeur automobile allemand Audi dans le cadre de la vaste enquête en Allemagne pour déterminer les responsabilités dans le scandale des moteurs diesel truqués.

Ces perquisitions, menées par la police criminelle allemande et des procureurs, ont visé «des sites d'Audi ainsi que sept autres lieux» afin de déterminer l'identité des personnes impliquées dans la tricherie, a fait savoir le parquet de Munich dans un communiqué.

L'enquête porte notamment sur la vente aux États-Unis entre 2009 et 2015 de quelque 80 000 voitures du constructeur aux quatre anneaux équipées d'un moteur diesel V6 de 3 litres, est-il précisé.

Perquisition au siège social

Interrogé par l'AFP, un porte-parole d'Audi a quant à lui confirmé que les enquêteurs avaient mené des perquisitions dans les locaux de constructeur automobile à Ingolstadt et Neckarsulm (sud de l'Allemagne).

«Nous coopérons pleinement avec les enquêteurs, ayant nous-même un grand intérêt à ce que la lumière soit faite sur cette affaire», a précisé ce porte-parole.

En septembre 2015, le groupe Volkswagen, maison mère d'Audi et de 11 autres marques (Porsche, Skoda, etc.), avait avoué avoir truqué les moteurs diesel de 11 millions de ses véhicules dans le monde pour les faire passer pour moins polluants.

En parallèle, la justice dans plusieurs pays cherche toujours à établir les responsabilités individuelles au sein du groupe.

Le patron d'Audi Rupert Stadler, mis en cause par un ancien salarié, s'est vu réitéré fin février la confiance du conseil de surveillance du constructeur haut de gamme.

«Il reste beaucoup de chemin à parcourir avant de pouvoir fermer ce dossier, (...) nous sommes déterminés à ce qu'une affaire comme celle du diesel ne se reproduise plus.»

Rupert Stadler
PDG d'Audi, en conférence de presse mardi.

L'affaire a coûté très cher financièrement et en termes d'image à cette entreprise symbole de la puissance économique allemande. Rien qu'aux Etats-Unis, où le scandale avait éclaté en 2015, le groupe va débourser plus de 22 milliards de dollars pour satisfaire autorités, clients et concessionnaires mécontents.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer