Super Bowl: le CRTC refuse d'être blâmé pour la baisse des cotes d'écoute

Tom Brady lève le trophée Lombardi après la... (Photo Timothy A. CLARY, archives agence France-Presse)

Agrandir

Tom Brady lève le trophée Lombardi après la victoire des siens au Super Bowl.

Photo Timothy A. CLARY, archives agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Terry Pedwell
La Presse Canadienne

Le CRTC ne croit pas que la baisse des cotes d'écoute enregistrée par les chaînes canadiennes lors du dernier Super Bowl soit attribuable à sa décision de permettre dorénavant la diffusion au Canada, sur les chaînes américaines, des publicités originales, qui exercent un attrait en soi.

Bell Média, propriétaire des réseaux CTV, CTV Two et TSN, et qui a acheté les droits de télédiffusion de la célèbre finale de football, soutient que l'auditoire a chuté de 39% cette année au pays. Tout de suite après le match du 5 février, Bell Média a attribué cette baisse à la décision prise en 2015 par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) et entrée en vigueur cette année.

Le président du CRTC, Jean-Pierre Blais, répond cette semaine que les cotes d'écoute pour la finale du football américain étaient déjà en baisse depuis un certain temps et que l'offre télévisuelle se multiplie de plus en plus.

C'est en se fondant sur des plaintes de téléspectateurs canadiens que le CRTC avait décidé en 2015 de ne plus obliger les chaînes américaines à substituer leurs publicités à des réclames canadiennes, à compter de cette année. Bell Média, la Ligue nationale de football (NFL), les annonceurs canadiens et plusieurs syndicats d'artistes ont vainement tenté de faire renverser cette décision.

M. Blais soutient que l'auditoire moyen par minute au Canada avait déjà chuté de 9,5% de 2015 à 2016 -avant la modification- et que la NFL aurait elle-même vu ses cotes d'écoute baisser petit à petit. Si l'on tient compte en plus de l'augmentation de l'offre télévisuelle, il est difficile, selon lui, d'établir une corrélation directe avec la décision du CRTC.

Aux États-Unis, le réseau Fox a attiré cette année un peu moins de téléspectateurs que l'an dernier, même si c'est la première fois de l'histoire du Super Bowl que l'issue du match est scellée en prolongation.

M. Blais a aussi plaidé que les cotes d'écoute avaient augmenté sur la chaîne francophone RDS, qui n'a évidemment pas diffusé les publicités américaines. Selon les chiffres de la firme Numeris, RDS a attiré 994 700 téléspectateurs cette année, comparativement à 951 300 en 2016 et 935 000 en 2015, écrit le président du CRTC.

Bell Média et la NFL ont demandé à la Cour d'appel fédérale, en décembre dernier, d'infirmer la décision du CRTC; aucune date n'a encore été fixée pour l'audition de la cause. La Cour a cependant refusé de suspendre la décision du CRTC jusqu'à ce que la cause soit entendue sur le fond.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer