Inde: l'impact de la démonétisation incertain

Bon nombre d'Indiens attendaient dans de longues files... (Associated Press)

Agrandir

Bon nombre d'Indiens attendaient dans de longues files devant les établissements bancaires.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press

NEW DELHI - Il y a cinquante jours, l'Inde a retiré la majeure partie de ses devises sans avertissement, secouant l'économie et compliquant l'accès aux liquidités pour ses citoyens. Alors que l'échéance pour échanger les billets de 500 et 1000 roupies dévalués pour des nouveaux tombait vendredi, bon nombre d'Indiens attendaient dans de longues files devant les établissements bancaires.

Les guichets vides et des règles changeant rapidement empêchaient les gens de retirer de l'argent, et plusieurs petites entreprises dépendant de l'argent en espèces - cinémas, épiceries de quartier, etc. - subissaient des pertes importantes.

Malgré ces problèmes, le premier ministre Narendra Modi a soutenu que son décret de démonétisation du 8 novembre porterait ses fruits contre l'évasion fiscale et la corruption. Le gouvernement indien a appelé à la patience, faisant valoir qu'il avait une vision à long terme pour moderniser la société indienne et aider les plus démunis.

Jusqu'à maintenant, malgré les perturbations importantes et les coûts, la plupart des quelques 1,25 milliard de résidants semblent faire confiance à M. Modi.

Des ennuis pour les plus démunis

L'annonce du premier ministre selon laquelle les billets de 500 et de 1000 roupies - constituant 86% des devises en Inde - ne seraient plus acceptés a rendu la vie très difficile pour des millions de gens dans une économie fortement dépendante des liquidités.

Puisque les autorités ont commencé à imprimer les nouveaux billets seulement après l'annonce de la nouvelle politique, la demande a grandement surpassé l'offre et les guichets se sont retrouvés à sec. Les commerces de produits essentiels - comme les aliments et les médicaments - ont dû considérablement réduire leurs activités.

Les personnes les plus touchées ont été les centaines de millions de fermiers, de vendeurs de produits et propriétaires de boutiques et de journaliers qui sont généralement rémunérés en espèces à la fin de leur journée de travail. Bon nombre ont perdu leur emploi, alors que des petites entreprises fermaient leurs portes.

M. Modi semble toutefois avoir réussi à présenter ces mesures comme des politiques de défense des démunis, puisant dans une colère profonde à l'égard des élites fortunées.

Une économie mal en point

Les vastes impacts de la démonétisation ne seront pas connus avant le dévoilement par le gouvernement des plus récentes données du produit intérieur brut en février, mais la Réserve fédérale de l'Inde a déjà coupé un demi-pour cent de ses prédictions de croissance pour 2016, à 7,1%.

Étant donné que le commerce intérieur alimente la majeure partie de l'activité économique, des analystes ont dit craindre des perturbations économiques et sociales importantes et ont prévenu qu'une contraction était probable dans les prochains trimestres.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer