Hydro-Québec injecte 115 M$ dans la Haute-Gatineau

Vieille de 45 ans, la ligne monoterne qui... (Etienne Ranger, Archives Le Droit)

Agrandir

Vieille de 45 ans, la ligne monoterne qui relie le poste Paugan de Low à Maniwaki sera reconstruite afin d'y ajouter un second circuit.

Etienne Ranger, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Hydro-Québec vient d'obtenir le feu vert de la Régie de l'énergie pour un projet de 115 millions $ visant à améliorer la fiabilité et à accroître la capacité de distribution de son réseau dans la Haute-Gatineau.

Dans une décision rendue la semaine dernière, la Régie de l'énergie consent à ce que la société d'État aille de l'avant avec la construction d'un nouveau poste à Gracefield et la reconstruction de la ligne reliant Low et Maniwaki. Hydro-Québec vise à ce que tout soit complété d'ici novembre 2018. Des consultations avaient débuté en 2014 auprès des communautés concernées.

« À Gracefield, le poste actuel est de 69 kilovolts (kV), mais on veut monter à 120 kV pour donner plus de robustesse au réseau, explique le porte-parole d'Hydro-Québec, Éric Moisan. [...] Ça nous permet de transiter plus d'énergie et de prendre de la croissance, parce qu'un poste à 69 kV, ce n'est plus une technologie adaptée à la réalité d'aujourd'hui. »

Le nouveau poste de Gracefield sera construit tout juste à côté de l'actuel.

La ligne monoterne - à un seul circuit - reliant le poste Paugan de Low à Maniwaki, qui date de 1971 et qui s'étend sur environ 65 kilomètres, sera quant à elle reconstruite afin d'y ajouter un second circuit pour en faire une ligne biterne. Elle longera en grande partie la ligne existante. Une ligne de dérivation de 120 kV d'un peu plus de cinq kilomètres sera également construite afin d'alimenter le poste de Gracefield.

Croissance et démantèlement

Avec cet investissement de 115 millions $, Hydro-Québec sera en mesure de faire face à la croissance démographique anticipée « sur un horizon de 25 ans minimum », a indiqué M. Moisan.

Comme il ne manquait que l'autorisation de la Régie de l'énergie pour que le projet puisse se concrétiser, Hydro-Québec devrait « incessamment » lancer les appels d'offres afin de dénicher des firmes spécialisées en la matière.

Une fois les travaux terminés, Hydro-Québec procèdera au démantèlement de l'ancien poste de Gracefield et de l'ancienne ligne Paugan-Maniwaki.

Dans un document datant de l'automne dernier, il est souligné qu'« afin de réduire les impacts du projet, Hydro-Québec mettra en oeuvre diverses mesures d'atténuation, assurera une surveillance environnementale du chantier et veillera à la remise en état des lieux après les travaux ».

Dans sa décision, la Régie de l'énergie demande à ce que la Société d'État l'informe « sans délai » si le coût total du projet dépasse de plus de 15 % le montant autorisé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer