Une nouvelle «micro» brassera à Gatineau

Gabriel Bernier-Girard et Marc-André Cordeiro Lima sont les... (Etienne Ranger, Le Droit)

Agrandir

Gabriel Bernier-Girard et Marc-André Cordeiro Lima sont les cofondateurs de la Brasserie du Bas-Canada.

Etienne Ranger, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une autre microbrasserie aura bientôt pignon sur rue en Outaouais. Deux semaines après avoir commercialisé une seconde bière, Le Grand Condor, la Brasserie du Bas-Canada compte établir ses pénates dans le secteur Gatineau au début de 2017.

Si tout se déroule comme prévu, la jeune entreprise s'installera dans un local de 3000 pieds carrés situé au 455, boulevard de la Gappe, tout juste à côté de la boutique Chocolats Favoris, en prévision d'une ouverture au printemps.

Les cofondateurs Gabriel Bernier-Girard et Marc-André Cordeiro Lima ont récemment signé un bail conditionnel à l'acceptation d'une dérogation mineure par la Ville de Gatineau.

Un salon de dégustation et une boutique se grefferont à la brasserie, dont l'objectif de production pour la première année d'exploitation sera fixé à 100 000 litres. 

Actuellement, les bières La P'tite Wit (une wit saline à 4,2 %) et Le Grand Condor (une Belge à 7 %) sont toutes deux brassées sous licence chez Loup rouge micro-brasseur, à Sorel-Tracy.

« On veut prendre de l'expansion. En ce moment, les bières que nous avons lancées nous permettent de développer notre réseau de clients », affirme M. Bernier-Girard.

Le projet aura nécessité un investissement de 500 000 $. Une demi-douzaine d'employés oeuvreront à la brasserie, une fois les opérations lancées. 

Les deux hommes d'affaires signalent avoir ciblé le secteur Gatineau, plutôt que le Vieux-Hull, par exemple, pour des raisons assez évidentes à leurs yeux. 

« C'est une terre vierge à l'heure actuelle. Mais c'est là où se trouve, dans un rayon de cinq kilomètres, la moitié de la population de la ville. Nous serons à deux pas du Rapibus et pas trop loin du centre-ville d'Ottawa », explique M. Cordeiro Lima.

L'Outaouais est la région de la Belle Province où on compte le moins de microbrasseries, après le Nord-du-Québec, où il n'y en a pas.

« Il y a de la demande et de la place, c'est seulement que la manière de consommer est un peu différente en Outaouais. Les gens vont boire beaucoup plus à la maison, alors en bout de ligne, on a décidé de développer un modèle qui va permettre les deux formules. Les gens vont pouvoir déguster une bière sur place, mais également en acheter et repartir. C'est un modèle un peu plus flexible que de vendre seulement aux détaillants », ajoute Gabriel Bernier-Girard.

Les microbrasseries du Québec, qui doivent se battre contre des géants de l'industrie tels que Labatt et Molson, accaparent environ 9 % des parts de marché, une statistique à la hausse d'année en année. En l'espace de 15 ans, le nombre de microbrasseries et d'artisans brasseurs a quintuplé dans la province.

« C'est un petit phénomène, marginal, mais il est irréversible. Une fois que les gens goûtent à de tels produits, ils ne veulent plus revenir en arrière », soutient M. Bernier-Girard.

Cet automne, les deux entrepreneurs ont lancé une campagne de socio-financement sur Facebook, afin de leur permettre de faire l'acquisition d'équipements brassicoles. En début de semaine, environ 80 % de l'objectif de 17 500 $ avait été atteint.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer