La SCHL prévoit une hausse des mises en chantier

Dans ses prévisions automnales publiées mercredi, la Société canadienne... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Dans ses prévisions automnales publiées mercredi, la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) évalue que les mises en chantier renoueront avec la croissance lors des deux prochaines années pour le marché de Gatineau, soutenues par la progression de la demande d'habitations et la diminution des stocks de logements invendus.

Alors qu'on comptait 1584 fondations coulées l'an dernier, on devrait en dénombrer entre 1500 et 1700 cette année, pour ensuite s'approcher de la barre des 2000 en 2017 et 2018. 

L'augmentation concerne en majeure partie les logements collectifs car le rythme de la construction de maisons individuelles restera très faible en 2016. Si l'an dernier on a dénombré 422 mises en chantier de ce type de logements, il n'est pas appelé à dépasser 300 cette année. 

Quant aux ventes de logements existants, elles poursuivront sur leur élan, stimulées par la croissance de l'emploi et des revenus. Après avoir fait un bond de 6 % en 2015, celles-ci devraient augmenter d'au moins 9 % cette année avec un total se situant entre 3850 et 3950 ventes. La tendance à la hausse se poursuivra pour les deux années subséquentes. 

Sur le marché locatif traditionnel, le taux d'inoccupation est appelé à reculer de 2016 à 2018, avoisinant les 5 %, mais il demeurera relativement élevé en regard des dix dernières années. Cette situation sera en partie attribuable à la forte concurrence exercée par les copropriétés offertes en location.

La SCHL estime que le marché de l'habitation canadien présente des signes de plus en plus évidents de conditions problématiques, évoquant les hausses de prix plus rapides que celles des revenus disponibles et que la croissance démographique.

L'organisme a haussé d'un cran son évaluation du risque pour le marché du logement et affirme du même coup que cette surévaluation, conjuguée à des signes de construction excessive dans certains centres, signifie que la progression des prix des logements ralentira et que la cadence des mises en chantier d'habitations devrait décliner en 2017, avant de se stabiliser en 2018.

La SCHL a observé des signes élevés de conditions problématiques entre autres à Vancouver, Calgary, Regina et Toronto, alors que ces mêmes signes sont jugés modérés dans certaines villes telles que Montréal, Québec et Edmonton.

Avec LeDroit

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer