Vol direct Montréal-Shanghai offert dès février

Il s'agit du premier vol direct vers la... (Archives, La Presse)

Agrandir

Il s'agit du premier vol direct vers la Chine offert par Air Canada depuis la métropole.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julien Arseneault
La Presse Canadienne
Montréal

Après Pékin l'an dernier, les gens d'affaires et touristes pourront se rendre sans escale à Shanghai, en Chine, depuis Montréal, à compter du mois de février prochain.

Air Canada a confirmé vendredi cette liaison aérienne quotidienne, qui était très attendue, un an après qu'Air China eut décidé d'offrir trois vols hebdomadaires directs entre la métropole québécoise et Pékin.

Cela devrait se traduire par la création de quelque 200 nouveaux emplois, a estimé le président et chef de la direction du transporteur établi à Montréal, Calin Rovinescu, au cours d'une conférence de presse à laquelle participaient aussi le premier ministre Philippe Couillard, le maire Montréal, Denis Coderre, ainsi que le ministre fédéral des Affaires étrangères, Stéphane Dion

La nouvelle s'inscrit dans la visite qu'effectue actuellement le premier ministre chinois Li Keqiang au Canada, quelques semaines seulement après la visite du premier ministre Justin Trudeau dans l'Empire du Milieu.

Air Canada assurera ces vols avec ses nouveaux avions Boeing 787-8 Dreamliner pouvant transporter 251 personnes, ce qui, selon M. Rovinescu, sera plus rentable que les 777 configurés pour 300 passagers.

«Ce n'était pas viable (financièrement) d'utiliser le 777, le seul autre avion pour effectuer cette longue distance, a-t-il dit. Le 787 ouvre une multitude d'autres destinations.»

Il s'agira du vol le plus long - 14 heures et demie - exploité par un transporteur aérien au départ de l'Aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau. Air Canada offre déjà des liaisons directes vers Shanghai depuis Toronto et Vancouver.

M. Rovinescu a reconnu qu'il est ambitieux d'offrir des vols quotidiens à Montréal vers la Chine, ajoutant qu'il y aura certainement du travail à faire pour remplir les avions.

«Pour notre modèle d'affaires, il est plus pratique et essentiel d'avoir un vol quotidien. Nous avons vu cela dans plusieurs marchés. Toutes les parties prenantes reconnaissent que cela sera un effort de remplir un vol sept jours par semaine tout au long de l'année», a-t-il dit.

Les négociations ont été longues, a expliqué M. Rovinescu, notamment afin qu'Air Canada puisse obtenir des plages horaires plus avantageuses pour que ses avions puissent atterrir à Shanghai, où le trafic aérien est très vigoureux.

Entre autres, les appareils devraient décoller de la métropole en après-midi, ce qui, selon l'entreprise, permettra d'attirer des voyageurs en provenance de Boston et de l'est du Canada.

«On ne pouvait pas accepter de faire cela à des heures qui ne sont pas commercialement viables, a expliqué M. Rovinescu. Cela a été la clé. Autrement, nous n'étions pas prêts à le faire.»

À Shanghai, d'autres membres du réseau commercial Star Alliance, dont fait partie Air Canada, offriront des vols vers d'autres destinations en Chine comme Chengdu, Chongqing et Shenzhen.

Qualifiant la nouvelle «d'excellente» pour les entrepreneurs et les étudiants étrangers, le premier ministre Couillard s'est également félicité de l'effet qu'elle devrait avoir sur l'industrie touristique québécoise.

«Depuis 2010, le Québec affiche annuellement une hausse de près de 23 pour cent de ces visiteurs (chinois)», a-t-il fait valoir.

Selon des données de Tourisme Montréal, 61 995 touristes chinois ont visité la province en 2015, soit une augmentation de 15 pour cent comparativement à l'année précédente.

Cette année, on s'attend à en recevoir près de 83 700, soit une hausse de 35 pour cent.

M. Couillard en a profité pour annoncer que son gouvernement allongera 1 million $ au cours des trois prochaines années afin de promouvoir l'industrie touristique québécoise en Chine.

Sans surprise, le milieu des affaires a salué cette deuxième liaison directe vers la Chine, ce qui facilitera les déplacements à destination du deuxième plus important partenaire commercial du Canada.

«C'est un atout indéniable pour la communauté d'affaires, a souligné le président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Michel Leblanc. Les entreprises qui ont déjà amorcé leur percée en Chine et dans les autres pays asiatiques en seront les premiers bénéficiaires.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer