Les syndiqués de Postes Canada frustrés par le silence

Les représentants syndicaux se sont dits frustrés à l'issue de l'assemblée... (Archives, Le Quotidien)

Agrandir

Archives, Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Les représentants syndicaux se sont dits frustrés à l'issue de l'assemblée publique annuelle de Postes Canada, vendredi, alors que l'employeur a refusé de détailler ses calculs quant à la plus récente offre globale déposée par les travailleurs de la poste.

La société de la Couronne estime que les propositions du syndicat concernant son régime de retraite de même que l'équité salariale lui coûteraient 1 milliard $.

À maintes reprises, le président du Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP), Mike Palecek, a demandé aux représentants de Postes Canada d'expliquer comment ils sont parvenus à ce chiffre, sans réponse.

On l'a plutôt référé à sa propre équipe de négociation qui, selon lui, n'a pourtant jamais eu droit à des explications.

Tant la partie syndicale que patronale ont estimé, à la sortie de l'assemblée, que peu de progrès avaient été accomplis. Le mandat de grève de 60 jours du STTP viendra bientôt à échéance.

Le président du Conseil du Trésor, Scott Brison, a rappelé, par voie de communiqué, que le gouvernement fédéral s'était engagé à la tenue d'un processus de négociation juste et équitable.

Lors de l'assemblée de vendredi, Postes Canada a refusé de répondre aux questions concernant les pourparlers, mais a tout de même profité de l'occasion pour défendre sa propre proposition d'un régime de retraite à cotisations déterminées.

Son chef de la direction financière, Wayne Cheeseman, a affirmé que le régime de retraite augmentait plus rapidement que la taille de la société.

Au cours des six derniers mois, estime M. Cheeseman, le déficit de solvabilité a grimpé de 2 milliards $ pour s'établir à 8,1 milliards $.

« Nous tentons à la fois de reconnaître que le plan de pension est important pour nos employés actuels et retraités et de résoudre la question de la viabilité de celui-ci », a-t-il dit.

Le gouvernement de Stephen Harper avait accordé une assistance financière à Postes Canada pour le paiement des pensions de retraite, laquelle prend fin en 2017. La société de la Couronne a versé 278 millions $ à son plan de pension l'an dernier - une somme qui inclut 35 millions $ en paiements spéciaux. Sans aide gouvernementale, Postes Canada aurait eu à débourser 1,4 milliard $.

Un représentant syndical a toutefois fait valoir que le plan jouissait d'un surplus de 1,2 milliard.

Le président et directeur général de Postes Canada, Deepak Chopra, a par ailleurs dit que la société accueillait favorablement les nouvelles vérifications de ses activités faites par Ottawa. Il a toutefois ajouté que la viabilité financière restait une source de préoccupation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer