Le PIB du Québec a stagné en avril

Pour les quatre premiers mois de l'année, l'activité... (André Pichette, Archives La Presse)

Agrandir

Pour les quatre premiers mois de l'année, l'activité économique de la province a grimpé de 1,1 %, a noté mardi l'ISQ, alors qu'au Canada, l'augmentation du PIB a été de 1,4 %.

André Pichette, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julien Arsenault
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Après des reculs en février et en mars, le produit intérieur brut (PIB) du Québec a stagné au mois d'avril, a indiqué mardi l'Institut de la statistique du Québec (ISQ).

Pour les quatre premiers mois de l'année, l'activité économique de la province a grimpé de 1,1%, a également souligné l'agence, alors qu'au Canada, l'augmentation du PIB a été de 1,4%.

En avril, l'ISQ a noté que les gains de 0,3 % enregistrés dans les industries productrices de biens ont été annulés par le déclin de 0,2 % du côté des industries productrices de services.

De plus, les reculs enregistrés dans les secteurs de la fabrication, du commerce de gros ainsi que des arts, des spectacles et loisirs sont venus jeter de l'ombre sur les gains réalisés du côté de l'extraction minière, l'exploitation en carrière et l'extraction de pétrole et de gaz ainsi que les services publics et les services immobiliers et services de location et de location à bail.

Au total, 11 des 20 grands secteurs de l'activité économique ont vu leur niveau de production diminuer au cours du mois d'avril, souligne l'ISQ.

La hausse observée dans les industries productrices de biens découle principalement de l'agriculture, la foresterie, la pêche et la chasse (2,3%), de l'extraction minière, l'exploitation en carrière et l'extraction de pétrole et de gaz (3,9%) et des services publics (3,1%).

En revanche, la production a fléchi du côté de la construction (-0,8%) et de la fabrication (-0,6%).

«Avec un troisième mois consécutif sans hausse du PIB réel en avril, le deuxième trimestre est mal amorcé et pourrait se solder par un déclin de l'économie», souligne l'économiste principal à la Banque Nationale, Marc Pinsonneault.

Dans une note d'analyse, il ajoute également que les indicateurs disponibles pour les mois de mai et juin ne pointent pas vers un rebond marqué de l'activité économique.

Si l'emploi a affiché un gain important en mai, avec 21 600 nouveaux postes, la tendance s'est en partie inversée le mois suivant, avec une perte de 11 200 emplois, souligne M. Pinsonneault.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer